Que tout ce qui respire loue l’Eternel

Psaume 150 : Louez l’Eternel. Louez-le dans son sanctuaire Louez-le dans l’étendue où éclate sa puissance. Louez-le pour ses hauts faits ! Louez-le selon l’immensité de sa grandeur de sa grandeur. Louez-le avec le tambourin et avec des danses. Louez-le avec des instruments à cordes et le chalumeau.

Louez-le avec des cymbales retentissantes. Que tout ce qui respire loue l’Eternel

Nous constatons que tous ce qui respire doit louer l’Eternel. Cela sous entend que tout ce qui respire peut émettre un son, une voix. Les instruments à musique de toutes sortes doivent accompagner notre louange. Dieu l’a prévu ainsi.

Le roi David l’avait bien compris, quand il proclamait les psaumes, il utilisait une harpe, comme instrument de musique, comme support.

Ensuite, David établit dans le temple de Jérusalem, 24 équipes de chantres et de musiciens qui se relayaient toutes les heures. Ainsi Dieu était loué, adoré, 24 heures sur 24.

Signalons, encore que le mot psaume désigne, primitivement, un chant accompagné avec la lyre.

La musique chrétienne a en nous une action créative.

La musique influence nos émotions, nos actions et nos attitudes, notre état d’âme, nous aide à gouverner nos pensées. La musique chrétienne libère la présence de Dieu. Elisée savait bien le reconnaître..Elle crée, en nous, quelque chose de bon. En 2 Rois 3 :15 Nous voyons le prophète Elisée, sollicité par le roi Josaphat pour connaître la volonté de Dieu, dans la situation où il se trouvait : Devait il engager la guerre contre Moab ?

Maintenant, amenez-moi un joueur de harpe. Et comme le joueur de harpe jouait, la main de l’Eternel était sur Elisée. Il reçut la réponse qu’attendait le roi Josaphat ; il devait partir à la guerre.

 La musique influence nos émotions, notre état d’âme

Elle nous aide à gouverner nos pensées, nos actions et nos attitudes. La musique libère la présence de Dieu. La musique libère dans nos vies le fruit de l’esprit : l’amour, la paix, la joie. Donc elle favorise l’écoute de la voix de Dieu. Elle nous y prédispose. Dieu ne dit il pas qu’il siège au milieu des louanges de son peuple. Psaume 22 :4 : Pourtant tu es le Saint, Tu sièges au milieu des louanges d’Israël.

De ce fait, la musique nous aide à adorer notre Dieu. Comme Jésus l’a rétorqué au diable venu le tenter. Mathieu 4 :10 Retire-toi Satan ! Car il est écrit : Tu adoreras, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.

Car à celui à qui  nous offrons notre musique reçoit également notre adoration : Dieu, ou le diable, ou moi-même.

La musique chrétienne nous est donnée pour le combat spirituel et manifesté note adoration.

Nous trouvons plusieurs exemples dans la Bible 

 Dieu donne une stratégie à Josué et à tout le peuple Hébreux, avant la prise de Jéricho. Les hommes de guerre marchaient devant, sept sacrificateurs équipés, chacun d’eux, d’une trompette retentissante, les suivaient et précédaient l’arche. Les hommes de guerre n’ont pas combattu, mais à un signal donné, les porteurs de trompette sonnèrent de la trompette et le peuple Hébreux poussa de grands cris et les murs de la ville s’écroulèrent Faites le tour de la ville, vous tous les hommes de guerre, faites une fois le tour de la ville. Tu feras ainsi pendant six jours. Sept sacrificateurs porteront devant l’arche sept trompettes retentissantes ; le septième jour, vous ferez sept fois le tour de la ville ; et les sacrificateurs sonneront des trompettes.

 Quand ils sonneront de la corne retentissante, quand vous entendrez le son de la trompette, tout le peuple poussera de grands cris. Alors la muraille de la ville s’écroulera, et le peuple montera, chacun devant soi.

2 Chroniques 20 : Josaphat est roi de Juda. Moab, Ammon et les Maonites déclarèrent la guerre à Josaphat. Ce dernier effrayé par le nombre des ennemis, cherche la face de l’Eternel et publie un jeûne dans le pays de Juda. Ensuite Josaphat intercède et loue l’Eternel qui lui donne une stratégie pour combattre ses ennemis. Le jour du combat, Josaphat dit à son peuple : Ecoutez moi Juda et habitants de Jérusalem. Confiez vous dans l’Eternel et vous serez affermis ; confiez vous dans ses prophètes.

Puis d’accord avec le peuple, Josaphat nomma des chantres qui, revêtus de vêtements sacrés, et marchant devant l’armée, célébraient l’Eternel et disaient : louez l’Eternel, car sa miséricorde dure à toujours.

Au moment où l’on commençait les chants et les louanges, l’Eternel plaça une embuscade contre les fils d’Ammon et de Moab et ceux de Seir, qui étaient contre Juda. Ils furent battus. Lorsque Juda arriva sur les lieux du combat, il n’eut qu’a ramassé le butin, laissé sur place par ses ennemis. Le butin symbolise la bénédiction de Dieu, c’est-à-dire tout le bénéfice que nous pouvons recevoir pendant la louange.

 

La musique combat la dépression

La plupart des gens n’ont pas pleinement conscience de l’influence que la musique exerce sur le psychisme.

Elle est capable de vivifier, d’élever les sentiments. Elle peut déprimer selon le choix de musique. Elle peut créer des états d’âme, les entretenir ou les dissiper. Tout comme un médicament ou une drogue, elle peut modifier nos émotions à notre insu en bien ou en mal.

Saül avait été choisi et oint comme roi, par Dieu, pour régner sur Israël. A cause de sa désobéissance envers l’Eternel, il fut disqualifié. La présence de Dieu le quitta et il devint tourmenté, dépressif, jaloux.

1 Samuel 14 «l’Esprit de l’Eternel se retira de Saül, qui fut agité par un mauvais esprit venant de l’Eternel. »

Les serviteurs de Saül lui proposent de trouver un homme qui sache jouer de la harpe, pour libérer Saül : Quand le mauvais esprit venant de Dieu sera sur toi, il jouera de sa main, et tu seras soulagé. Un de ses serviteurs lui propose David qui sait jouer, c’est aussi un homme fort et vaillant, un guerrier parlant bien et d’une belle figure et l’Eternel est avec lui, lui dit-il. 1 Samuel 16 : 23 «Lorsque le mauvais Esprit venant de Dieu fut sur Saül, David prenait la harpe et jouait de sa main. Saül respirait alors plus à l’aise et se trouvait soulagé, et le mauvais esprit se retirait de lui.

1 Samuel 18 : 10 à 12, nous retrouvons Saül jaloux des victoires remportées par David contre les philistins.

Le lendemain, le mauvais Esprit venant de Dieu saisit Saül, qui eut des accès de délire au milieu de sa maison, David jouait comme les autres jours, et Saül avait sa lance à la main. Il était jaloux de David. Saül leva sa lance, disant en lui-même : Je frapperai David contre la paroi. Mais David se détourna de lui deux fois. Saül craignait la présence de David parce que l’Eternel était avec David.

Au début Saül, pendant que David jouait de la harpe, bénéficiait de soulagement, mais il ne prenait pas part à la louange. D’autre part, il ne s’est jamais repenti de sa désobéissance envers Dieu. C’est la raison pour laquelle la situation de Saül allait en s’aggravant.

Mais pour nous croyant en Jésus, la musique chrétienne libère la présence, la puissance, la paix de Dieu dans nos vies, dans nos maisons, dans nos réunions. Elle dispose le cœur à adorer Dieu. Elle fait fuir les mauvais esprits qui domineraient dans un lieu. La musique chrétienne et un excellent outil pour gagner les âmes : Elle est agréable à l’oreille. Elle a une influence positive sur l’auditeur. Elle inspire et motive, prépare les cœurs à l’approche de Dieu. Elle rivalise, peut rivaliser avec la musique du monde.

Un jour dans un hôtel, nous tenions une réunion de témoignage chrétien. Nous avons chanté quelques chants, accompagnés avec une guitare. Dans le couloir de cet hôtel se tenait un membre d’opéra, son attention a été attirée par cette musique qu’il entendait. Il a été touché dans son cœur, pour lui c’était quelque chose d’inhabituel : beau, agréable, d’une qualité inhabituelle. La musique chrétienne libère des mélodies qui rapprochent de Dieu, dilate les cœurs et nous incite à nous ouvrir à la présence de Dieu. Elle nous rapproche de Dieu et libère la crainte de Dieu en nous. Elle crée une atmosphère favorable à la présence de Dieu. Elle aide à extérioriser la joie, la communion.

Elle libère des messages de foi, positifs et inspirants. Elle nous fortifie, quand l’angoisse, la fatigue, le découragement, la dépression cherche à nous anéantir. Dans ces situations, elle est un instrument efficace.

Comment choisir la musique maintenant que nous sommes devenus chrétiens ?

1 Corinthiens 6 : 12 «Tout m’est permis, mais tout n’est pas utile ; tout m’est permis, mais je ne me laisserai pas asservir par quoi que ce soit »         Nous ne devons pas nous permettre  de concessions si petites soient- elles, avec la musique du monde, nous pouvons être piégés. – Il nous faut prendre la décision d’orienter nos pensées vers autres choses, si nous sommes tentés par la musique du monde. – En aucun cas nous ne devons écouter de la musique qui nous rappelle des souvenirs ou des personnes du passé, cela peut nous ramener vers des anciennes connaissances, péchés dont nous avons eu à lutter pour nous nous en débarrasser. Nous devons rompre absolument. – Souvenons-nous que nous nous tenons dans la présence de Dieu. Le Saint-Esprit voit toutes choses. Il est là pour nous aider, nous conseiller, nous avertir, donner le feu rouge ou le feu vert dans nos vies. Il nous aide, également, à être fidèles dans nos engagements. Nous devons détruire toutes musiques qui nous ont rendu esclave dans le passé, qui nous a entraînés dans les ténèbres. Maintenant nous sommes devenus enfant de lumière. Recherchons donc la musique qui nous aide à demeurer dans la lumière. – Deutéronome 7 : 26 «Tu n’introduiras point une chose abominable dans ta maison, afin que tu ne sois pas, comme cette chose, dévoué par interdit, tu l’auras en horreur, en abomination car c’est une chose dévoué par interdit. – Psaume 101 : 2 et 3 «Je marcherai dans l’intégrité de mon cœur au milieu de ma maison. Je ne mettrai rien de mauvais devant mes yeux. Je hais la conduite (ou les œuvres) des pécheurs, elle ne s’attachera point à moi. » Souvenons-nous que notre demeure, c’est notre maison, mais également notre cœur et notre corps : Ne savez vous pas que vous êtes le temple du Saint-Esprit (5 Corinthiens 6 : 19)         La Bible nous dit encore : proverbes 4 : 23 «Garde ton cœur plus que toute autre chose. Car de lui viennent les sources de la vie. » Si nous laissons notre cœur se nourrir de la musique du monde, quelle vie va couler en nous ? Celle qui vient des ténèbres, c’est à dire de l’enfer. Actes 19 : 18 et 20 «Plusieurs de ceux qui avaient cru venaient confesser et déclarer ce qu’ils avaient fait. Et un certain nombre de ceux qui avaient exercé les arts magiques, ayant apporté leurs livres, les brûlèrent devant tous le monde : on en estima la valeur à cinquante mille pièces d’argent. C’est ainsi que la parole de Dieu croissait en puissance et en force. » De même nous devons nous débarrasser de tout : CD, DVD, vidéos, musique du monde. Détruire tout cela et non chercher à le donner ou à le revendre. C’est ainsi que notre communion avec Dieu grandira. La confusion, la tristesse, les pensées de mort disparaîtront. La révélation de la Parole de Dieu s’intensifiera, augmentera. Nous grandirons en puissance, en force, en détermination par le Saint-Esprit qui pourra agir plus librement dans nos vies. Nous ne serons plus ballottés par nos états d’âmes. Notre Esprit pourra se développer correctement et prendre la direction de  toute notre personne. C’est la place et le rôle que Dieu lui a donné en créant Adam et Eve.         Enfin, souvenons-nous que ce que nous écoutons gouverne nos pensées, nos actions et nos attitudes. – Ephésiens 5 : 19-20 nous recommande «Que votre joie déborde dans vos entretiens fraternels, qu’elle s’exprime par le chant de psaumes, d’hymnes et de cantiques inspirés. De tout votre être, chantez et jouez pour Dieu et que du secret de votre cœur, une musique s’élève sans cesse vers lui. Où que ce soit, à tout moment et pour toutes choses, apportez à Dieu le père, l’hommage de votre reconnaissance au nom de notre Seigneur Jésus-Christ. (Bible parole vivante)» Enfin veillons sur ce que nous chantons, sur ce qui remplit nos pensées, que cela corresponde à ce que Jésus prendrait, lui, pour remplir son cœur, s’il était à notre place.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Pourquoi l’Eternel s’est-il choisi le peuple d’Israël ?

Nous croyons bon de rappeler qu’Israël s’est constitué à partir des 12 fils de Jacob. Voici leur nom : Fils de Léa : Ruben, premier-né de Jacob, Siméon, Lévi, Juda, Issacar et Zabulon, Fils de Rachel : Joseph et Benjamin, Fils de Bilha, servante de Rachel : Dan et Nephthali, Fils de Zilpa, servante de Léa : Gad et Azer. Tous sont devenus les pères des 12 tribus d’Israël, à l’exception de Joseph. En effet Jacob a choisi les deux premiers nés de Joseph à la place de leur père : Manassé et Ephraïm.

Jacob donne à Ephraïm, second fils de Joseph, une parole prophétique lui annonçant qu’il deviendra une multitude de nations : Son père refusa, et dit : Je le sais, mon fils, je le sais ; lui aussi deviendra un peuple, lui aussi sera grand ; mais son frère cadet sera plus grand que lui, et sa postérité deviendra une multitude de nations.                     Genèse 48:19

Ce verset nous apprend qu’un grand nombre de nations sont issues d’Ephraïm. C’est pourquoi dans ce message nous allons parler de chrétiens issus des nations ou d’origine païenne, car toutes les nations ne sont pas issues d’Ephraïm. Les autres ont été voulues par l’Eternel.

 

La Bible nous donne beaucoup de références concernant le choix d’Israël ou les motivations de l’Eternel dans ce choix : Quand le Très–Haut donna un territoire aux peuples, quand il dissémina les hommes sur la terre, en fixant les frontières des diverses nations, il tint compte du nombre des enfants d’Israël. L’Eternel a pour bien son peuple ; les enfants de Jacob, voilà sa possession. L’Eternel l’a trouvé dans une steppe aride, dans un désert inhabité, rempli de hurlements. Il a pris soin de lui et il l’a éduqué. Il a veillé sur lui comme sur la prunelle de ses yeux !                          Bible du Semeur Deutéronome 32 : 8 à 10

 

Voici un deuxième passage de la Bible : Car tu es un peuple saint pour l’Eternel, ton Dieu ; l’Eternel, ton Dieu, t’a choisi, pour que tu sois un peuple qui lui appartienne entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre. Ce n’est point parce que vous surpassez en nombre tous les peuples, que l’Eternel s’est attaché à vous et qu’il vous a choisis, car vous êtes le moindre de tous les peuples. Mais, parce que l’Eternel vous aime, parce qu’il a voulu tenir le serment qu’il avait fait à vos pères, l’Eternel vous a fait sortir par sa main puissante, vous a délivrés de la maison de servitude, de la main de Pharaon, roi d’Egypte.

                                                                                                                           Deutéronome 7: 6 à 9

L’Eternel choisi Israël pour pays afin qu’il y habite : Je te donnerai, et à tes descendants après toi, le pays que tu habites comme étranger, tout le pays de Canaan, en possession perpétuelle, et je serai leur Dieu.                                                                                   Genèse 17 : 8

Israël doit devenir une nation de sacrificateurs : vous serez pour moi un royaume de sacrificateurs et une nation sainte. Voilà les paroles que tu diras aux enfants d’Israël.

                                                                                                                                                 Exode 19 : 6

Ce que l’Eternel attend d’Israël

 

-Le témoignage d’une relation avec le Dieu unique au milieu de pays idolâtres qui adorent de multiples dieux: Ecoute, Israël ! L’Eternel, notre Dieu, est le seul Eternel. Tu aimeras l’Eternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force.

                                                                                                                              Deutéronome 6 : 4 et 6

-Donner aux autres nations la démonstration de la bénédiction divine attachée à la mise à part acceptée : Heureux le peuple pour qui il en est ainsi ! Heureux le peuple dont l’Eternel est le Dieu !                                                                                                  Psaumes 144 : 15

-Israël a été choisi pour recevoir, préserver et transmettre la Parole de Dieu après la mise en pratique : Voici, je vous ai enseigné des lois et des ordonnances, comme l’Eternel, mon Dieu, me l’a commandé, afin que vous les mettiez en pratique dans le pays dont vous allez prendre possession. Vous les observerez et vous les mettrez en pratique ; car ce sera là votre sagesse et votre intelligence aux yeux des peuples, qui entendront parler de toutes ces lois et qui diront : Cette grande nation est un peuple absolument sage et intelligent ! Quelle est, en effet, la grande nation qui ait des dieux aussi proches que l’Eternel, notre Dieu, l’est de nous toutes les fois que nous l’invoquons ? Et quelle est la grande nation qui ait des lois et des ordonnances justes, comme toute cette loi que je vous présente aujourd’hui ?                                                                                                      Deutéronome 4 : 5 à 8

-C’est le pays qui doit accueillir le Messie et dans lequel il se manifestera : Evangile qui avait été promis auparavant de la part de Dieu par ses prophètes dans les saintes Ecritures ; il concerne son Fils né de la postérité de David, selon la chair. Romains 1 : 2 et 3

 

L’histoire d’Israël

 

L’Eternel apprend à Abraham que sa postérité sera captive pendant 4 siècles : Et l’Eternel dit à Abram : Sache que tes descendants seront étrangers dans un pays qui ne sera point à eux ; ils y seront asservis, et on les opprimera pendant quatre cents ans.

                                                                                                                                            Genèse 15 : 13

Après Josué, qui conduit Israël en terre promise, ce sont des juges qui ont conduit et jugés le peuple Hébreux, soit environ 400ans. A la mort du dernier, Samuel, les Hébreux demande un roi pour régner sur eux, comme dans les nations environnantes : Tous les anciens d’Israël s’assemblèrent, et vinrent auprès de Samuel à Rama. Ils lui dirent : Voici, tu es vieux, et tes fils ne marchent point sur tes traces ; maintenant, établis sur nous un roi pour nous juger, comme il y en a chez toutes les nations. Samuel vit avec déplaisir qu’ils disaient : Donne-nous un roi pour nous juger. Et Samuel pria l’Eternel. L’Eternel dit à Samuel : Ecoute la voix du peuple dans tout ce qu’il te dira ; car ce n’est pas toi qu’ils rejettent, c’est moi qu’ils rejettent, afin que je ne règne plus sur eux. Ils agissent à ton égard comme ils ont toujours agi depuis que je les ai fait monter d’Egypte jusqu’à ce jour ; ils m’ont abandonné, pour servir d’autres dieux.                                                    Juges 8 : 4 à 8

 

Le premier roi à recevoir l’onction royale se nomme Saül. Il est issu de la tribu de Benjamin. L’Eternel lui donne une  mission bien spécifique, détruire les Amalécites, mais il échouera. Il était plus préoccupé de plaire aux hommes qu’à L’Eternel. Finalement c’est un Amalécite qui le détruira. Les Amalécites sont des descendants d’Esaü qui a voulu tuer Jacob.

Ensuite l’Eternel se choisira un autre roi, David, dans la tribu de Juda, la tribu royale laquelle devait  donner naissance au Messie d’Israël, Yeschoua. Malgré des faiblesses David sera un roi selon le cœur de l’Eternel, même s’il n’approuva pas tous ses actes. Son fils Salomon lui succéda. La première demande qu’il adresse  à l’Eternel, c’est la sagesse afin de bien gouverner le peuple de Dieu : Accorde donc à ton serviteur un cœur intelligent pour juger ton peuple, pour discerner le bien et le mal ! Car qui pourrait juger ton peuple, ce peuple si nombreux ? Cette demande de Salomon plut au Seigneur. Et Dieu lui dit : Puisque c’est là ce que tu demandes, puisque tu ne demandes pour toi ni une longue vie, ni les richesses, ni la mort de tes ennemis, et que tu demandes de l’intelligence pour exercer la justice, voici, j’agirai selon ta parole. Je te donnerai un cœur sage et intelligent, de telle sorte qu’il n’y aura eu personne avant toi et qu’on ne verra jamais personne de semblable à toi.                                                                                                                1Rois 3 : 9 à 12

Bien sûr, nous le constatons, la sagesse lui est accordée. La Bible nous dit que personne ne reçu autant de sagesse  que lui. Sa sagesse était connue de tous les pays. La reine d’Ethiopie vint en Israël pour entendre la sagesse de Salomon : Il était plus sage qu’aucun homme, plus qu’Ethan, l’Ezrachite, plus qu’Héman, Calcol et Darda, les fils de Machol ; et sa renommée était répandue parmi toutes les nations d’alentour. Il a prononcé trois mille sentences, et composé mille cinq cantiques.

                                                                                                                                      1 Rois 4 : 31 et 32

Toutefois la Bible nous apprend que Salomon aimait beaucoup de femmes étrangères qui adoraient d’autres dieux que l’Eternel : Le roi Salomon aima beaucoup de femmes étrangères, outre la fille de Pharaon : des Moabites, des Ammonites, des Edomites, des Sidoniennes, des Héthiennes, appartenant aux nations dont l’Eternel avait dit aux enfants d’Israël : Vous n’irez point chez elles, et elles ne viendront point chez vous ; elles tourneraient certainement vos cœurs du côté de leurs dieux. Ce fut à ces nations que s’attacha Salomon, entraîné par l’amour.                                                             1Rois 11 : 1 et 2

Et l’Eternel dit à Salomon : Puisque tu as agi de la sorte, et que tu n’as point observé mon alliance et mes lois que je t’avais prescrites, je déchirerai le royaume de dessus toi et je le donnerai à ton serviteur. Seulement, je ne le ferai point pendant ta vie, à cause de David, ton père. C’est de la main de ton fils que je l’arracherai. Je n’arracherai cependant pas tout le royaume ; je laisserai une tribu à ton fils, à cause de David, mon serviteur, et à cause de Jérusalem, que j’ai choisie.                                                                                            1 Rois 11 à 13

 

Cette parole de l’Eternel est confirmée par un prophète

 

Dans ce temps-là, Jéroboam, étant sorti de Jérusalem, fut rencontré en chemin par le prophète Achija de Silo, revêtu d’un manteau neuf. Ils étaient tous deux seuls dans les champs. Achija saisit le manteau neuf qu’il avait sur lui, le déchira en douze morceaux, et dit à Jéroboam : Prends pour toi dix morceaux ! Car ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël : Voici, je vais arracher le royaume de la main de Salomon, et je te donnerai dix tribus.

                                                                                                                                       1 Rois 11 : 29 à 31

Qui est Jéroboam ?

 

Un serviteur de Salomon, jéroboam était fort vaillant, et Salomon quand il vit ce jeune homme à l’œuvre le nomma chef des corvées. C’est à cette occasion qu’il se leva contre Salomon et ce dernier chercha à faire mourir jéroboam. Ce dernier s’enfuit en Égypte pour sauver sa vie. Il y demeura jusqu’à la mort de Salomon.

À la mort de Salomon son fils Roboam lui succéda et régna à sa place. Il refusa d’écouter les conseils des anciens d’Israël. Il préférera écouter les conseils d’une bande de jeunes. Le peuple se révolta contre Roboam, sauf les habitants des villes de Juda sur lesquels il régna. Le peuple mécontent envoya chercher jéroboam en Égypte.

Tout Israël ayant appris que Jéroboam était de retour, ils l’envoyèrent appeler dans l’assemblée, et ils le firent roi sur tout Israël. La tribu de Juda fut la seule qui suivit la maison de David.                                                                                                                 1 Rois 12:20

 

La tribu de Juda avec celle de Benjamin furent les seules qui restèrent fidèles à David. Sans que les hommes le sachent, l’Eternel s’est conservé la tribu de Juda car d’elle que devait naître le Messie et notamment à Bethlehem. Selon la parole prophétique de Jacob donnée à son fils Juda.

Roboam, roi de Judas décide de mener une guerre contre Jéroboam mais l’Eternel l’arrête : Ainsi parle l’Eternel : Ne montez point, et ne faites pas la guerre à vos frères, les enfants d’Israël ! Que chacun de vous retourne dans sa maison, car c’est par moi que cette chose est arrivée. Ils obéirent à la parole de l’Eternel, et ils s’en retournèrent, selon la parole de l’Eternel.                                                                                                             1 Rois 12 : 24

 

A cette époque, en Israël nous y trouvons un seul lieu de culte, le temple de Jérusalem. Les familles doivent y monter trois fois dans l’année : pour y célébrer la Pâque, la pentecôte et pour la fête de souccoth.

Jéroboam craint, lors de ces fêtes que les hommes du royaume du nord se rallient à Juda et le tue. Alors il décide d’élever deux temples dans la partie nord, un à Béthel (la maison de Dieu) et l’autre à Samarie : Après avoir demandé conseil, le roi fit deux veaux d’or, et il dit au peuple : Assez longtemps vous êtes montés à Jérusalem ; Israël ! voici ton Dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Egypte. Il plaça l’un de ces veaux à Béthel, et il mit l’autre à Dan. Ce fut là une occasion de péché. Le peuple alla devant l’un des veaux jusqu’à Dan. Jéroboam fit une maison de hauts lieux, et il créa des sacrificateurs pris parmi tout le peuple et n’appartenant point aux fils de Lévi. Il établit une fête au huitième mois, le quinzième jour du mois, comme la fête qui se célébrait en Juda, et il offrit des sacrifices sur l’autel. Voici ce qu’il fit à Béthel afin que l’on sacrifie aux veaux qu’il avait faits. Il plaça à Béthel les prêtres des hauts lieux qu’il avait élevés.                                        1 Rois  12 : 28 à 31

Jéroboam empêcha les Lévites de remplir leurs fonctions, ils partirent en Juda avec tous ceux qui aimaient l’Eternel.

L’année 721, avant la venue de Jésus sur la terre, marque la fin du royaume d’Israël et Israël est emmené en captivité en Assyrie. Le royaume d’Israël ou la partie du nord avait déjà connu une première invasion en l’an moins 735 par Tiglad-Pileser. Voilà les conséquences de l’idolâtrie qui surviennent par l’adoration des faux dieux. Pourtant l’Eternel avait prévenu des conséquences de l’idolâtrie, de la désobéissance et de l’abandon du vrai Dieu, ce qui correspond  à  de la rébellion qui est aussi grave que la sorcellerie et la divination.

 

Nous chrétiens des nations ou d’origine païenne sommes différends ? Sommes-nous concernés par ces comportements ?

 

La Bible nous dit que juifs ou païens nous sommes tous pêcheurs, il n’en est aucun qui fait le bien, aucun n’est juste : Quoi donc ! sommes–nous plus excellents ? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l’empire du péché, selon qu’il est écrit : Il n’y a point de juste, Pas même un seul ; Nul n’est intelligent, Nul ne cherche Dieu ; Tous sont égarés, tous sont pervertis ; Il n’en est aucun qui fasse le bien, Pas même un seul

Romains 3 : 9 à 12

 

Les habitants d’Israël sont-ils plus pêcheurs que nous habitants des nations ? La Bible nous apprend que tout ce qui est arrivé à Israël doit servir à notre instruction : Or, ces choses sont arrivées pour nous servir d’exemples, afin que nous n’ayons pas de mauvais désirs, comme ils en ont eu. Ne devenez point idolâtres, comme quelques–uns d’entre eux, selon qu’il est écrit, Le peuple s’assit pour manger et pour boire ; puis ils se levèrent pour se divertir. Ne nous livrons point à la débauche, comme quelques–uns d’entre eux s’y livrèrent, de sorte qu’il en tomba vingt–trois mille en un seul jour (Nombres 25). Ne tentons point le Seigneur, comme le tentèrent quelques–uns d’entre eux, qui périrent par les serpents. Ne murmurez point, comme murmurèrent quelques–uns d’entre eux, qui périrent par l’exterminateur. Ces choses leur sont arrivées pour servir d’exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles. Ainsi donc, que celui qui croit être debout prenne garde de tomber !

 

Le royaume du sud ou le royaume de Juda n’a pas mieux agi. Roboam, son roi et fils de Salomon, voulu engager la guerre contre le royaume du nord mais l’Eternel l’en empêcha : Parle à Roboam, fils de Salomon, roi de Juda, et à toute la maison de Juda et de Benjamin, et au reste du peuple. Et dis-leur : Ainsi parle l’Eternel : Ne montez point, et ne faites pas la guerre à vos frères, les enfants d’Israël ! Que chacun de vous retourne dans sa maison, car c’est par moi que cette chose est arrivée. Ils obéirent à la parole de l’Eternel, et ils s’en retournèrent, selon la parole de l’Eternel.                                             1 Rois 12 :23 et 24

 

Apostasie au temps de Roboam

 

Roboam avait pour mère une Ammonite, un peuple maudit et qui adorait d’autres dieux et notamment le dieu Moloch à qui l’on sacrifiait des enfants. Roboam eut 18 femmes et 60 concubines.

 Juda fit ce qui est mal aux yeux de l’Eternel ; et, par les péchés qu’ils commirent, ils excitèrent sa jalousie plus que ne l’avaient jamais fait leurs pères. Ils se bâtirent, eux aussi, des hauts lieux avec des statues et des idoles sur toute colline élevée et sous tout arbre vert.

                                                                                                                                      1 Rois 14 : 22 et 23

Abijam, fils de Roboam succéda à son père. Il se livra à tous les péchés de son père. Son cœur ne fut pas tout entier à l’Eternel, comme l’avait été David son grand père : Il y eut guerre entre Roboam et Jéroboam, tant que vécut Roboam. Le reste des actions d’Abijam, et tout ce qu’il a fait, cela n’est-il pas écrit dans le livre des Chroniques des rois de Juda ? Il y eut guerre entre Abijam et Jéroboam.                                                                1 Rois 15 : 6 et 7

A cause de tout cela, Juda va connaitre une invasion et deux déportations ainsi que la destruction du temple et des murailles de Jérusalem. C’est une image du péché qui nous fait perdre notre armure et tout bon sens.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Découvrons le roi du royaume de Dieu

Qui est-il ?

 Certains répondront spontanément à cette question : c’est Jésus. C’est vrai, nous le proclamons et le chantons, toutefois est-ce suffisant afin de l’affirmer et de l’enseigner. Nous allons suivre la révélation de la Bible, concernant ce sujet et le développer.

Jésus a choisi de venir sur la terre en naissant dans la lignée royale du roi David. De ce fait, en tant qu’homme, Jésus est fils de roi, c’est la promesse qui a été donnée au roi David et cette promesse annonce la venue de Jésus : Voici, les jours viennent, dit l’Eternel, Où je susciterai à David un germe juste ; Il régnera en roi et prospérera, Il pratiquera la justice et l’équité dans le pays.

                                                                                                                         Jérémie 23 : 5

Il concerne son Fils né de la postérité de David, selon la chair, déclaré Fils de Dieu avec puissance, selon l’Esprit de sainteté, par sa résurrection d’entre les morts, Jésus–Christ notre Seigneur.                                             Romains 1 : 3 et 4

 

Dès sa naissance Jésus nous est présenté comme roi : Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. Il régnera pour toujours sur la maison de Jacob ; son règne n’aura pas de fin.                                                                                               Luc 1 : 32 à 33

 

Peu après sa naissance, des mages d’Orient viennent à Jérusalem pour adorer le roi des juifs qui vient de naître, ce qui va provoquer la colère du roi Hérode.

Et ils dirent : Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l’adorer. Le roi Hérode, ayant appris cela, fut troublé, et tout Jérusalem avec lui.               Matthieu 2 : 2 et 3

 

Jésus se présente comme roi à Jérusalem monté sur un ânon, ainsi il accomplit la prophétie :

Sois transportée d’allégresse, fille de Sion ! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem ! Voici, ton roi vient à toi ; Il est juste et victorieux, Il est humble et monté sur un âne, Sur un âne, le petit d’une ânesse.                       Zacharie 9 : 9

 

Dites à la fille de Sion : Ton roi vient à toi, plein de douceur, monté sur une ânesse, sur un ânon, le petit d’une bête de somme. Les disciples allèrent faire ce que Jésus leur avait ordonné. Ils amenèrent l’ânesse et l’ânon, sur lesquels ils mirent leurs vêtements ; il s’assit dessus. La plupart des gens de la foule étendirent leurs vêtements sur le chemin ; d’autres coupèrent des branches aux arbres et les étendirent sur le chemin. Les foules le précédaient et le suivaient en criant : Hosanna pour le Fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna dans les lieux très hauts !         Matthieu 21 : 4 à 9

Après la première multiplication des pains, la foule recherche Jésus pour en faire un roi terrestre. Ce n’est pas la mission de Jésus, alors il fuit la foule.

Ces gens, ayant vu le miracle que Jésus avait fait, disaient : Celui–ci est vraiment le prophète qui doit venir dans le monde. Et Jésus, sachant qu’ils allaient venir l’enlever pour le faire roi, se retira de nouveau sur la montagne, lui seul.                                                                                                      Jean 6 : 14 et 15

En effet la Bible nous dit : Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint–Esprit.   Romains 14 : 15

 

Remarquons bien l’ordre de ces trois principes du royaume de Dieu.

  1. La justice
  2. La paix
  3. La joieLa justice nous parle évidemment de l’œuvre accomplie par Jésus à la croix, qui a accompli toute justice lors de son baptême (Matthieu 3 : 15), en s’identifiant à nous pécheurs. Son œuvre nous sauve de la mort éternelle et de la colère du Père. Jésus se présente comme celui qui nous donne la paix ; la paix du cœur : je vous laisse la paix, c’est ma paix que je vous donne. Ce cadeau n’a rien de commun avec ce que le monde peut donner, avec sa paix à lui. C’est pourquoi, cessez d’être inquiets et de vous laisser troubler. Bannissez toute crainte de vos cœurs.                                                                                    Bible PVV Jean 14 : 27                                                                                                                            Luc 2 : 14La paix et la joie sont une des facettes du fruit du Saint-Esprit. Jésus a reçu l’onction de joie : tu as aimé la justice, et tu as haï l’iniquité ; c’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint d’une huile de joie au–dessus de tes collègues.Mais il a dit au Fils : Ton trône, ô Dieu, est éternel ; Le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité ; tu as aimé la justice, et tu as haï l’iniquité ; C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint d’une huile de joie au–dessus de tes collègues.                                                                                             Hébreux 1 : 8 et 9 Pourtant, c’est en qualité de roi que Jésus est rejeté par son peuple : Mais ils s’écrièrent : Ote, ôte, crucifie-le ! Pilate leur dit : Crucifierai-je votre roi ? Les principaux sacrificateurs répondirent : Nous n’avons de roi que César.                                                                 Jean 19: 15Jésus comparut devant le gouverneur. Le gouverneur lui demanda : Es-tu le roi des Juifs, toi ? Jésus lui répondit : C’est toi qui le dis.             Matthieu 27:11Jésus couronné d’épinesIls le revêtirent de pourpre, et posèrent sur sa tête une couronne d’épines, qu’ils avaient tressée. Puis ils se mirent à le saluer : Salut, roi des Juifs ! Et ils lui frappaient la tête avec un roseau, crachaient sur lui et, fléchissant les genoux, ils se prosternaient devant lui.                                       Marc 15 : 17 à 19Pilate fit une inscription, qu’il plaça sur la croix, et qui était ainsi conçue : Jésus de Nazareth, roi des Juifs. Beaucoup de Juifs lurent cette inscription, parce que le lieu où Jésus fut crucifié était près de la ville : elle était en hébreu, en grec et en latin.                                                                                  Jean 19:19 et 20Celui qui siège dans les cieux rit, Le Seigneur se moque d’eux. Puis il leur parle dans sa colère, Il les épouvante dans sa fureur : C’est moi qui ai oint mon roi Sur Sion, ma montagne sainte !                                                        Psaumes 2: 4 à 6Jésus est venu une première fois comme Messie souffrant alors que la plupart des juifs attendaient un libérateur puissant. A cette époque, Israël était sous la domination romaine. Les juifs croyaient que Jésus serait celui qui les libérerait de ce joug. Jésus est bien venu pour délivrer mais de l’esclavage du péché. Beaucoup ont été déçus et n’ont pas compris la mort de Jésus, surtout sur une croix. C’est cette tristesse et cette déception que deux disciples expriment sur la route d’Emmaüs. Jésus était mort depuis trois jours, tous leurs espoirs humains tombaient à l’eau.                                                                                                              Luc 19:12 : 13 et 15Jésus ne régnera pas seulCe qui différencie Jésus le Roi des rois terrestres, c’est l’importance de son sang dans son règne et dans la vie de ceux qui sont appelés à régner avec lui. Jésus règne dans le cadre d’une alliance de sang, son propre sang qu’il a offert en rédemption sur la croix. Aucun homme ni aucune femme ne peuvent régner avec jésus sans accepter de rentrer dans cette alliance de son sang. Veillons sur cette alliance qui doit être la seule, l’unique dans nos vies. Seule cette alliance dans laquelle jésus nous invite à rentrer nous donne la vraie vie et c’est la seule qui subsistera. La Bible nous en présente un exemple avec le peuple hébreu qui campe dans le désert, après sa sortie d’Egypte. L’Eternel pourvoit à leur besoin de nourriture, chaque jour avec de la manne. Ils ont accepté parmi eux un certain nombre de personnes de différentes nations : Le ramassis de gens qui se trouvaient au milieu d’Israël fut saisi de convoitise ; et même les enfants d’Israël recommencèrent à pleurer et dirent : Qui nous donnera de la viande à manger ?                                                                                                     Nombre 11 : 4                                                                                              Nombres 11 : 10 : 11 et14  Les compromis font de nous des adultères spirituels et les adultères ne rentrerons pas et bien sûr ne règneront pas dans le royaume Les compromis viennent toujours quand nous accomplissons des œuvres charnelles. Alors attention aux services que nous rendons ou aux personnes à qui nous demandons des services. Prenons le temps de consulter le Saint-Esprit afin d’agir selon son avis. Attention également à la manière dont nous gérons notre temps. Le diable saura à quel moment nous envoyer une ou des personnes qui vont voler notre temps, afin de nous sortir de l’alliance de sang de Jésus. En plus, nous risquons de nous laisser séduire par le mode de vie de ces personnes qui sauront bien nous le mettre en évidence.N’oublions jamais que la Bible nous présente notre adversaire comme le plus rusé de tous les animaux de la terre. Sa plus grande ruse consiste à nous faire croire qu’il n’existe pas. Sa ruse avec les compromis et les mines spirituelles plantées dans nos vies, sera de nous inciter à marcher sur nos terrains minés. Et ce seront nos propres pieds qui marcheront sur la mine et la feront exploser, comme si notre adversaire était un simple spectateur. Il cherchera également à nous ramener dans le jardin d’Eden afin que nous nous regardions comme non coupables afin d’accuser l’autre et de provoquer la division : c’est la femme que tu as mise à mes côtés qui m’a donné du fruit… La Bible nous dit que ces choses sont écrites pour notre instruction, alors recevons-les ainsi dans notre cœur.Ce ramassis, par ses plaintes, contamine les enfants d’Israël et les amène à regretter d’être sorti de l’esclavage et même les incite à retourner en Egypte. Même Moïse, qui est considéré comme l’homme le plus doux de la terre, par l’Eternel, est contaminé par ces murmures. Il demande même à l’Eternel de le tuer : Moïse entendit le peuple qui pleurait, chacun dans sa famille et à l’entrée de sa tente. La colère de l’Eternel s’enflamma fortement. Moïse fut attristé, et il dit à l’Eternel : Pourquoi affliges-tu ton serviteur, et pourquoi n’ai-je pas trouvé grâce à tes yeux, que tu aies mis sur moi la charge de tout ce peuple ? Plutôt que de me traiter ainsi, tue-moi, je te prie, si j’ai trouvé grâce à tes yeux, et que je ne vois pas mon malheur.Beaucoup d’autres alliances nous sont proposées d’une manière séductrice afin de nous sortir de la véritable et de nous disqualifier. Attention aux compromis qui se présentent à nous d’une manière tacite. Les compromis n’agissent pas forcément tout de suite dans nos vies. Leurs conséquences sont cachées comme les mines anti personnelles dans les pays en guerre. Il suffit de mettre un pied dessus et elles explosent en provoquant de multiples blessures, des handicaps, des amputations et même une mort atroce. Il en est de même sur le plan spirituel. Des mines plantées par les compromis peuvent dormir dans nos vies, l’ennemi attend son heure pour les faire exploser, nous blesser, voir handicaper et nous disqualifier  Il dit donc : Un homme de haute naissance s’en alla dans un pays lointain, pour se faire investir de l’autorité royale, et revenir ensuite. Il appela dix de ses serviteurs, leur donna dix mines, et leur dit : Faites-les valoir jusqu’à ce que je revienne. Lorsqu’il fût de retour, après avoir été investi de l’autorité royale, il fit appeler auprès de lui les serviteurs auxquels il avait donné l’argent, afin de connaître comment chacun l’avait fait valoir. Jésus reviendra une deuxième fois investi de l’autorité royale. La parabole suivante illustre parfaitement ce retour de Jésus et les comptes que nous aurons à rendre pour l’usage, bon ou mauvais de nos dons et talentsNous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël ; mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces choses se sont passées.                     Luc 24 : 2 Jésus ne s’est pas autoproclamé roi, il est descendant dans la lignée de David.  
  4.  
  5.                                                                                                                                        Hébreux 1 : 9 
  6. Lors de la naissance de Jésus, un ange vient l’annoncer aux bergers et une multitude de l’armée céleste se joint à lui et chante : Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, et, sur la terre, paix parmi les humains en qui il prend plaisir !En dehors de l’exemple que nous venons de présenter avec Melchisédek, la Bible nous parle de Jésus comme le prince de paix : Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule ; On l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.                                                                                                                    Esaie 9 : 5La paix : et Abraham lui donna la dîme de tout ; il est d’abord roi de justice, d’après la signification de son nom, ensuite roi de Salem, c’est–à–dire roi de paix.                                                                                                               Hébreux 7 : 2La justice : la première personne qui préfigure Jésus, dans la Bible se somme Melchisédek dont le nom signifie : roi de justice et de paix. Il préfigure Jésus, le Roi- Sacrificateur.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

L’Eternel n’a qu’un Fils

 Luc 1 :31 : Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Luc 1 :33 : Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n’aura point de fin.

La maison de Jacob est donc la représentation du peuple de Dieu avec le Messie à sa tête.

Il serait donc faux de croire que Dieu aurait deux peuples Israël et l’Eglise !

C’est la fallacieuse doctrine romaine du remplacement d’Israël par l’Eglise qui provoque cette erreur !

Car Dieu n’a pas deux fils … Dieu annonçait par la bouche de Moïse : Exode 4 :22 Tu diras à Pharaon : Ainsi parle l’Eternel : Israël est mon fils, mon premier-né. Je te dis : Laisse aller mon fils, pour qu’il me serve

Jean 3 :16  Car Dieu a tant aimé le monde qu ‘il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.

Si Israël est le fils premier né de Dieu et que Yéchoua (Jésus) est son fils unique la conclusion est simple.

Dieu n’a qu’un seul fils Yéchoua, (Jésus) symbolisé dans l’Ancienne Alliance par le peuple de Jacob Israël, et dans la nouvelle Alliance par le Corps de Yéchoua (Corps de Jésus-Christ)

De la Genèse à l’Apocalypse et jusqu’au nouveaux cieux et à la nouvelle terre, Dieu n’a donc qu’un seul Fils et qu’un seul Peuple, représenté dans l’ancien Testament par la grande assemblée.

Grande Assemblée que nous retrouvons dans le nouveau testament traduit du Grec sous le nom d’Eglise qui est le corps de Christ.

Il est donc intéressant de bien analyser ce que représente la maison de Jacob Israël.

Historiquement la maison de Jacob Israël fut divisée après le schisme de Roboam et de Jéroboam vers 975 av JC en deux royaumes.

Par Jéroboam le Royaume du Nord (les israélites) : 10 tribus qui étaient composées de :

La Maison d’Israël : Ruben Siméon Issacar Zabulon Dan Nephtali Gad Aser La Maison de Joseph : 2 tribus en sont issues : Manassé et Éphraïm.

Qui sont Manassé et ‘Ephraïm ?

Genèse 48 : 3 à 14  Jacob dit à Joseph : Le Dieu tout-puissant m’est apparu à Luz, dans le pays de Canaan, et il m’a béni.  Il m’a dit : Je te rendrai fécond, je te multiplierai, et je ferai de toi une multitude de peuples; je donnerai ce pays à ta postérité après toi, pour qu’elle le possède à toujours. Maintenant, les deux fils qui te sont nés au pays d’Egypte, avant mon arrivée vers toi en Egypte, seront à moi; Ephraïm et Manassé  seront à moi, comme Ruben et Siméon. Mais les enfants que tu as engendrés après eux seront à toi; ils seront appelés du nom de leurs frères dans leur héritage.

[ 8 Israël regarda les fils de Joseph, et dit : Qui sont ceux-ci ? Joseph  répondit  à son père : Ce sont mes fils, que Dieu  m’a donnés ici. Israël dit : Fais-les, je te prie, approcher de moi, pour que je les bénisse.

[13]  Puis Joseph les prit  tous deux, Ephraïm de sa main droite à la gauche d’Israël, et Manassé de sa main gauche à la droite d’Israël, et il les fit approcher de lui. Israël étendit sa main droite et la posa sur la tête d’Ephraïm qui était le plus jeune, et il posa sa main gauche sur la tête de Manassé  : ce fut avec intention qu’il posa ses mains <03027> ainsi, car Manassé était le premier-né.

Ephraïm et Manassé sont donc les deux fils que Joseph fils de Jacob a eu avec une égyptienne alors qu’il était en Egypte.

Que symbolisent-ils dans la bible ?

Deutéronome 33 : 13 à 17  Sur Joseph il dit : Son pays recevra de l’Eternel, en signe de bénédiction, Le meilleur don du ciel, la rosée, Les meilleures eaux qui sont en bas,

Les meilleurs  fruits  du soleil, Les meilleurs fruits de chaque mois, Les meilleurs produits des antiques montagnes, Les meilleurs produits des collines éternelles, Les meilleurs produits de la terre  et de ce qu’elle renferme . Que la grâce de celui qui apparut dans le buisson Vienne sur la tête de Joseph, Sur le sommet de la tête du prince de ses frères !

De son taureau  premier-né  il a la majesté ; Ses cornes sont les cornes du buffle ; Avec elles il frappera tous les peuples, Jusqu’aux extrémités de la terre : Elles sont les myriades d’Ephraïm, Elles sont les milliers de Manassé.

Ephraïm et Manassé  qui sont donc des égyptiens, nés en Egypte, symbolisent les peuples des Nations du monde qui se convertiront au Dieu d’Israël, c’est-à-dire à Yéchoua (Jésus) !

Le Royaume du nord était donc composé d’enfants d’Israël, mais qui ne sont pas tous resté Juifs car il furent emmenés en captivité par e roi Assyriens Salmanéser  en 721 av JC et dispersés par la suite sur toute la surface de la terre.

Ce Royaume du nord des enfants d’Israël dont faisaient partie Ephraïm et Manassé.

Certains retournèrent chez eux pour former le peuple Samaritains. Peuple méprisé des juifs car ils avaient mélangés le culte de l’Eternel avec celui des idoles, et pris pour femme des étrangères.

2 Rois 15 :29 : Du temps de Pékach, roi d’Israël, Tiglath–Piléser, roi d’Assyrie, vint et prit Ijjon, Abel–Beth–Maaca, Janoach, Kédesch, Hatsor, Galaad et la Galilée, tout le pays de Nephtali, et il emmena captifs les habitants en Assyrie.

Par Roboam le Royaume du Sud (les israélites juifs) : 2 tribus composées de :

La maison de Juda et celle Benjamin plus les Lévites (tribu dédiée au service du Temple de Jérusalem)

Le Royaume du sud fut lui aussi emmené en captivité, mais cette fois par les Babylonien et en 598 av JC. La plupart sont retournés en Judée vers 455 av JC avec Néhémie.

C’est de ces deux tribus avec les Lévite dont sont issues la grande majorité des juifs d’aujourd’hui.

2 Rois 24:10 : En ce temps–là, les serviteurs de Nebucadnetsar, roi de Babylone, montèrent contre Jérusalem, et la ville fut assiégée.

2 Rois 24:15 : Il transporta Jojakin à Babylone ; et il emmena captifs de Jérusalem à Babylone la mère du roi, les femmes du roi et ses eunuques, et les grands du pays,

La maison de Jacob Israël est également représentée dans la Bible par un olivier.

Olivier Franc composé de la maison d’Israël, de celle Juda, que symbolisent les racines, les branches franches symbolisent les enfants d’Israël qui ont acceptés Yéchoua (Jésus) comme Messie, et des branches greffées symbolisent les enfants des nations qui placent leur foi en Yéchoua (Jésus-Christ).  

Jérémie 11 :16 : Olivier verdoyant, remarquable par la beauté de son fruit, Tel est le nom que t’avait donné YHVH l’Eternel ; Au bruit d’un grand fracas, il l’embrase par le feu, et ses rameaux sont brisés.

Jérémie 11 :17 : YHVH L’Eternel des armées, qui t’a planté, Appelle sur toi le malheur, A cause de la méchanceté de la maison d’Israël et de la maison de Juda, Qui ont agi pour m’irriter, en offrant de l’encens à Baal.

Romains 11:17 : Mais si quelques–unes des branches ont été retranchées, et si toi, qui était un olivier sauvage, tu as été greffé au milieu d’elle, et rendu participant de la racine nourricière de l’olivier,

Romains 11:24 : Si toi, tu as été coupé de l’olivier sauvage selon sa nature, et greffé contrairement à ta nature sur l’olivier franc, à plus forte raison eux seront–ils greffés selon leur nature sur leur propre olivier.

Jérémie 31 :31 : Voici, les jours viennent, dit YHVH l’Eternel, Où je ferai avec la maison d’Israël et la maison de Juda Une alliance nouvelle,

Hébreux 8 :8 : Car c’est avec l’expression d’un blâme que le Seigneur dit à Israël : Voici, les jours viennent, dit le Seigneur, Où je ferai avec la maison d’Israël et la maison de Juda Une alliance nouvelle,

Les rachetés des maisons d’Israël et de Juda, seront ceux qui ont acceptés Yéchoua (Jésus) comme Messie sont sauvés par la foi.

Certains le feront bien tardivement et avec humiliation… Lors du retour du Messie.

Zacharie 12:10  Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem Un esprit de grâce et de supplication, Et ils tourneront les regards vers moi, celui qu’ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique Ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né.

Les rachetés de la maison d’Israël qui ne sont pas d’origine juive sont :

Les non juifs descendants physique du Royaume du nord de la tribu d’Ephraïm et de Manassé, mais qui ont acceptés Yéchoua comme Messie, et son donc sauvés par la foi.

Les non juifs descendant des peuples des nations et qui ont eux aussi acceptés Yéchoua comme Messie et qui sont eux aussi sauvés par la foi.

Dieu voulant que tous les hommes soient sauvés par la grâce et par la foi : 1 Timothée 2 :4  qui veut que tous  les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité.

Aussi la prophétie nous annonce que : Ezéchiel 37 :16 :“Et toi, fils de l’homme, prends une pièce de bois, et écris dessus : Pour Juda et pour les enfants d’Israël qui lui sont associés. Prends une autre pièce de bois, et écris dessus : Pour Joseph, bois d’Ephraïm et de toute la maison d’Israël qui lui est associée. La maison de Jacob Israël sera donc restaurée et unifiée.

Les racines et les branches seront un jour prochain rassemblées pour porter enfin de bons fruits, par Yéchoua (Jésus) sur l’ordre de Dieu qui dit ceci :

Ezéchiel 37 :17 : Rapproche–les l’une et l’autre pour en former une seule pièce, en sorte qu’elles soient unies dans ta main.

Ezéchiel 37 :22 :Je ferai d’eux une seule nation dans le pays, dans les montagnes d’Israël ; ils auront tous un même roi, ils ne formeront plus deux nations, et ne seront plus divisés en deux royaumes.

Ezéchiel 37 :24 :Mon serviteur David sera leur roi, et ils auront tous un seul berger. Ils suivront mes ordonnances, ils observeront mes lois et les mettront en pratique.

Certainement David ne ressuscitera pas ! Quand Dieu parle de David il évoque pour nous la descendance du roi David qui n’est autre que Yéchoua hamachia ou (Jésus-Christ)

IL faut donc comprendre ce dernier verset par Mon serviteur Yéchoua sera leur Roi !

En conclusion le ministère de Yéchoua le Messie (Jésus-Christ) est de rassembler « en Yéchoua le Messie » (Jésus-Christ)  tous les exiles de Jacob Israël

Exilés d’Israël représentés par les deux morceaux de bois qui symbolisent, pour le premier Juda (tribu du Sud juifs) Israël (tribu du nord perdues), et pour le second L’Église.

Ezéchiel chapitre 37 versets 15 à 23 : Et la parole de l’Eternel vint à moi, disant, Et toi, fils d’homme, prends un bois, et écris dessus, Pour Juda, et pour les fils d’Israël, ses compagnons. Et prends un autre bois, et écris dessus, Pour Joseph, le bois d’Ephraïm et de toute la maison d’Israël, ses compagnons.

Jérémie 23 :6  En son temps, Juda sera sauvé, Israël aura la sécurité dans sa demeure ; Et voici le nom dont on l’appellera : L’Eternel notre justice.

Romains 11 :26  Et ainsi tout Israël sera sauvé, selon qu’il est écrit : Le libérateur viendra  de Sion, Et il détournera de Jacob les impiétés.

Auteur inconnu

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les grands principes de Dieu concernant les Finances

LE ROYAUME DE DIEU ET LES FINANCES

Nous allons aborder le thème des finances et de l’argent.

Il s’agit d’un domaine un peu tabou que peu de gens souhaitent aborder mais ou il est important de savoir ce que la Parole à a nous dire d’autant plus que 2 084 versets nous enseignent sur le sujet.

Pourquoi existe-il autant de textes qui nous enseignent sur l’argent et la gestion de nos biens. Nous allons en citer quelques uns.

1/ Les grands principes de Dieu concernant les Finances :

Il faut savoir qu’il existe un contraste entre deux grands systèmes. L’un tire son origine de l’arbre de vie et l’autre de l’arbre de la connaissance du bien et mal.

D’une part, le système du monde dans lequel nous vivons tous. Nous avons été façonnés par ce système concernant les finances et nous pouvons penser qu’il n’existe que celui là.

Nous avons toutefois conscience que quelque chose est défaillant dans ce système, rappelons-nous ce que nous dit Jésus : ‘’nous sommes dans le monde mais pas du monde’’. Dans ces conditions, le principe du monde qui est contraire au principe du royaume de Dieu, ne peut nous satisfaire. D’autre part le principe du monde nous rend hostiles, ennemi de Dieu.

Dieu nous a appelé à vivre dans son royaume avec ses principes ou Jésus est ici le gouvernant suprême. Il nous a appelle à jouir de tous les bienfaits de son royaume en obéissant à ses commandements.

De l’autre côté, le système du monde se situe sous la domination et le contrôle du diable (1° lettre de Jean) : Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier est sous la puissance du malin.                                                                      1 Jean 5 : 19

Le modèle de Dieu est fondé sur le mode de donner et recevoir et fonctionne sur le principe des semailles et des moissons (accroissement par la multiplication), l’autre sur le système de vendre et acheter, de prendre et garder, de thésauriser (élément de sécurité).

Dans ce système, la croissance vient en pourcentage mais pas en multiplication, la multiplication n’étant donné que par le jeu comme le loto ou quelqu’un recevra au détriment d’un autre.

Dans le royaume de Dieu, c’est Dieu qui multiplie et il ne le fait pas au détriment d’autrui.

C’est pourquoi Dieu nous invite à nous couper du système du monde.

Nous allons aborder 3 domaines 

1/ Les Possessions

Ici, le but poursuivi est de constituer un héritage qui puisse se transmettre d’une génération à une autre.

L’intention de Dieu est qu’il puisse y avoir une multiplication des possessions : Prends donc garde de ne pas te dire : C’est par mes propres forces et ma puissance que j’ai acquis toutes ces richesses. Souviens-toi au contraire que c’est l’Eternel ton Dieu qui te donne la force de parvenir à la prospérité et qu’il le fait aujourd’hui pour tenir envers toi les engagements qu’il a pris par serment en concluant alliance avec tes ancêtres.

                                                                                  Bible du Semeur Deutéronome 8- 17 et 18 

C’est Dieu qui nous donne la force d’accueillir et de gérer les biens.

 

2 /L’argent qui se distingue des possessions

 Dis-nous donc ce qu’il t’en semble : est-il permis, ou non, de payer le tribut à César ? Jésus, connaissant leur méchanceté, répondit : Pourquoi me tentez-vous, hypocrites ? Montrez-moi la monnaie avec laquelle on paie le tribut. Et ils lui présentèrent un denier. Il leur demanda : De qui porte–t-il l’effigie et l’inscription ? De César, lui répondirent-ils. Alors il leur dit : Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu.

                                                                                                                        Matthieu 22 : 17 à 21

La question consistait à savoir si les disciples devaient payer l’impôt. Comme la pièce présentée à Jésus était à l’effigie de César, il fallait donner à César ce qui lui appartenait  et être obéissant aux commandements de Dieu.

Nous avons l’image de Dieu imprimée en nous et nous avons un service à rendre à notre Créateur.

Il existe un autre « créateur » qui est César. Il représente le système du monde dont le but consiste à acheter et à vendre afin de gagner de l’argent; ce n’est plus alors la propriété de Dieu mais celle de Mammon.

Mammon a introduit l’argent dans la vie des gens et sa volonté consiste à ce que ceux-ci aiment et servent l’agent. Cet une entité démoniaque spirituelle, un pouvoir qui influence nos pensées, nos cœurs et nos vies : Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.  

Ephésiens 6-12

Dieu énonce le principe des finances (n’amassez pas des trésors sur la terre) : Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent ; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.                                                               Matthieu 6 : 19 à 21

On ne peut servir deux maîtres, Dieu et Mammon : Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre ; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon.                                                                      Matthieu 6-24

N’aimez pas l’argent car c’est la racine d’un grand nombre de maux ( drogue, vol, pouvoir…) :  Car l’amour de l’argent est une racine de tous les maux ; et quelques–uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux–mêmes dans bien des tourments. Car l’amour de l’argent est une racine de tous les maux ; et quelques–uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux–mêmes dans bien des tourments.                                                                                   1 Timothée 6 : 10

3/Les richesses :

Quand nous investissons dans le système du monde au-delà de nos besoins, se forme alors la richesse ( obligations, actions, …) et Mammon veut que nous placions notre confiance dans l’argent et que cela devienne un trésor dans nos vies.

Matthieu 6-19/21 : Tout ce que nous considérons comme un trésor  sera la recherche de notre cœur.

Mammon souhaite contrôler la pensée des gens.

Inflation, déflation, dévaluation ont un impact sur l’argent et par conséquent dans nos vies, ce qui engendre des inquiétudes sur ces trois aspects, Mammon n’étant pas capable de donner ce qu’il promet mais Jésus nous dit de ne pas nous inquiéter : C’est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n’est–elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? Matthieu 6-25

Notre Père céleste va pourvoir à nos besoins. Ainsi Jésus nous introduit dans le concept de l’argent et des finances.

Bien sûr, il nous faudra de l’argent pour payer les factures, se nourrir, se vêtir mais il ne faut pas que cela devienne un trésor ou une inquiétude dans notre vie.

Jésus veut que nous soyons libres (Marc 10-17à 22) et nous dit comment  briser le pouvoir de Mammon en distribuant ce qui est possédé : Comme il se mettait en chemin, un homme accourut et se mit à genoux devant lui pour lui demander : Bon maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? Jésus, l’ayant regardé, l’aima, et lui dit : Il te manque une chose ; va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi. Mais, affligé de cette parole, cet homme s’en alla tout triste ; car il avait de grands biens. Marc 10 : 17 :21 et 22

Celui qui prête aux pauvres prête à l’Eternel et l’Eternel le lui rendra. Proverbes 19-17

En donnant aux pauvres, on se libère de l’emprise de MAMMON et chaque fois que nous donnons, nous nous amassons des trésors dans le ciel.

Ainsi, nous faisons un dépôt sur notre compte céleste en donnant et ce compte ne se trouve affecté ni par l’inflation, ni par la déflation ni par la dévaluation. Jésus veille sur ce compte et veut s’assurer que les dépôts qui y sont fait soient multipliés de sorte qu’il y ait toujours des finances disponibles pour nous.

Cette multiplication de l’argent se réalise pour des objectifs bien précis.

Il nous faut vivre sur un ciel Ouvert : Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, Afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison ; Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, Dit l’Eternel des armées, Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, Si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance.   Malachie 3-10

Nous voyons que les enfants d’Israël volent Dieu dans les dîmes et les offrandes. Ils se trouvent alors frappés par la malédiction.

Cela signifie que si nous ne fonctionnons pas selon les principes du royaume de Dieu, alors nous allons nous retrouver sous le système du monde qui nous placera alors sous la malédiction.

Dieu ne veut pas que nous soyons confinés à ce système et que au contraire nous soyons impliqués dans son royaume :   ‘’ mettez-moi à l’épreuve et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous l’écluse de cieux’’.

Ceci est une bénédiction afin que se produise un flux de finances par nos dîmes qui aie pour effet d’ouvrir le ciel.

 

Posons-nous maintenant une question primordiale : Combien est suffisant ?

L’esprit de MAMMON ne veut pas que nous apportions une réponse à cette question car il est conçu pour créer des besoins sans limites ou toujours grandissants dans nos vies.

Nous avons vu que l’esprit de Mammon influence le cœur et les pensées des gens pour les amener à aimer l’argent et faire confiance aux richesses et à servir l’argent.

L’esprit de Mammon va s’associer à d’autres esprits tels que la cupidité, la fausse sécurité, le mensonge, la tromperie.

Récit d’Ananias et Safira qui ont eu l’occasion de vendre une propriété en argent et ou un esprit de mensonge s’est emparé d’eux : Pierre lui dit : Ananias, pourquoi Satan a–t-il rempli ton cœur, au point que tu mentes au Saint–Esprit, et que tu aies retenu une partie du prix du champ ? Actes 5 :3

Récit de Simon Le Magicien qui a essayé d’acheter ce pouvoir : Lorsque Simon vit que le Saint–Esprit était donné par l’imposition des mains des apôtres, il leur offrit de l’argent, en disant : Accordez-moi aussi ce pouvoir, afin que celui à qui j’imposerai les mains reçoive le Saint–Esprit. Mais Pierre lui dit : Que ton argent périsse avec toi, puisque tu as cru que le don de Dieu s’acquérait à prix d’argent ! Actes 8 : 18 à 20

Pouvoir et convoitise sont attachés à l’esprit de Mammon

L’esprit de Mammon n’exige pas que des offrandes, il demande aussi des sacrifices au travers des cartes de crédit et de l’esclavage de la dette.

 

Comment alors être libre dans ces conditions ?

Il convient de traiter cet esprit dans nos vies et veiller à ce que notre amour pour Jésus soit pur, que ce soit lui qui influence nos pensées, nos émotions et notre volonté.

Pour répondre à cette question de ‘’combien est suffisant ?’’, il est nécessaire de fonctionner en cercle fermé.

1/ nos obligations (crédit maison, voiture, factures).

2/Les nécessités comme se nourrir ou se vêtir.

3/ Nos désirs : c’est là que l’esprit de Mammon souhaite s’emparer de nous et crée le besoin par la publicité par exemple.

 

Il nous faut donc dresser une liste de ce qui nous tient à cœur et d’être en accord avec Dieu.

Dieu veut que nous soyons des gestionnaires fidèles. Nous allons soumettre nos désirs à Dieu qui va les libérer au bon moment pour notre vie :  Dieu souhaite que cela déborde au-delà du cercle, qu’il y ait de l’abondance.

Le but de ce surplus est d’avoir une semence entre nos mains et que celle-ci soit investie dans le royaume de Dieu.

A l’inverse, si le cercle est ouvert, il se produit des pressions par l’esprit de Mammon pour accroître la dimension du cercle mais sans surplus car les gens vivent alors dan l’esprit de la dette.

 

La dîme ouvre la fenêtre du ciel et établit le droit de propriété de Dieu. L’esprit de Mammon ne veut pas que nous donnions la dîme et nous pouvons être amenés à livrer un combat spirituel à ce sujet.

Matthieu 6-33’ne vous inquiétez de rien, cherchez le royaume de Dieu et sa justice et toutes choses seront données par-dessus’’.

Hébreux 11-6 : ‘’sans la foi, il est impossible de plaire à Dieu’’.

 

Dieu nous fait parvenir l’argent de plusieurs manières : de façon surnaturelle ( manne) mais Dieu peut aussi nous donner des fruits que nous n’avons pas semé( héritage) et enfin par l’ensemencement et la récolte ou Dieu apporte des revenus par le salaire.

Il fait en sorte que ceux-ci soient suffisants pour répondre au besoin de notre cercle.

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

D’où vient l’ivraie dans ton champ?

Dans la Bible nous constatons que des hommes et des femmes travaillent en faveur du royaume de Dieu, pendant ce temps-là les fils du malin s’engagent pour son royaume en semant de l’ivraie dans le champ de Dieu. Le diable apprécie particulièrement ce genre d’ouvrier, surtout quand il s’agit d’un homme ou d’une femme placés en autorité. Car c’est tout le christianisme qui s’en retrouve affectées dans beaucoup d’assemblées comme un ver dans un fruit, même encore aujourd’hui.

A titre d’exemple nous citerons plus spécialement le cas de Constantin l’empereur romain qui sema de l’ivraie en changeant le calendrier des fêtes bibliques et même il en escamota certaines.

Il leur proposa une autre parabole, et il dit : Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ. Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla. Lorsque l’herbe eut poussé et donné du fruit, l’ivraie parut aussi. Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire : Seigneur, n’as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ? Il leur répondit : C’est un ennemi qui a fait cela.

                                                                                                                         Matthieu 13 : 24à 28b

Jésus explique la parabole : Alors il renvoya la foule, et entra dans la maison. Ses disciples s’approchèrent de lui, et dirent : expliquent nous la parabole de l’ivraie et du champ. Il répondit : Celui qui sème la bonne semence, c’est le Fils de l’homme ; le champ, c’est le monde ; la bonne semence, ce sont les fils du royaume ; l’ivraie ce sont les fils du malin. L’ennemi qui l’a semée, c’est le diable ; la moisson, c’est la fin du monde, les moissonneurs, ce sont les anges.

Ce n’est plus la Parole que Jésus sème dans son champ, le monde, mais des hommes et des femmes qui en accueillant la Parole, sont devenus une semence : des fils et des filles du royaume de Dieu. Des fils et des filles qui portent un germe de vie. Jésus étant le germe en eux : des hommes et des femmes nés de nouveau. Ils ou elles propagent l’évangile, la bonne nouvelle là où Jésus les plante.

En ce temps là, le germe de l’Eternel aura de la magnificence et de la gloire et le fruit du pays aura de l’éclat et de la beauté.                                                                               Esaie 4 : 2  C’est Jésus qui les sème a travers le monde, là partout où il y a des êtres humains à arracher des griffes du diable, des hommes et des femmes qui lui appartiennent.

Ce n’est pas vous qui m’avez choisi ; mais moi je vous ai choisis, et je vous ai établis afin que vous alliez et que vous portiez du fruit.                                                            Jean 15 : 16  Nous précisons que le champ de Dieu nous le retrouvons dans chacune des personnes qui acceptent Jésus comme Seigneur et sauveur : Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l’édifice de Dieu.                           1Corinthiens 3 : 9

Pendant ce temps l’adversaire introduit ses ouvriers qui plantent sa semence de mort dans le champ de Dieu, dans ses deux formes (le champ du monde et les chrétiens ou champ individuel).

 

Qui est l’empereur Constantin ?

 

L’histoire nous apprend qu’il est né en l’an 272, dans une ville de Misie. Elle se nomme Nas aujourd’hui et se situe en Serbie. Il et proclamé 34ième empereur romain en 306. A cette époque l’empire romain est divisé et gouverné par deux empereurs rivaux : Constantin et son rival Licinius. Ce qui a pour résultat d’affaiblir le royaume. Constantin rêve de devenir le grand empereur unique de l’empire romain. Il va déployer toute son énergie et même des ruses, de la séduction politique et religieuse afin de parvenir à ses fins. Nous précisons que Constantin est un adorateur de la divinité Soleil Invaincu, dont l’anniversaire de naissance se célèbre le 25 décembre.

A cette époque de l’histoire et même pendant le siècle précédent les chrétiens étaient violemment persécutés.

En 313, Constantin établit l’Edit de Milan qui donne la liberté de culte individuel y compris le culte chrétien. Ce qui lui attire la sympathie des chrétiens, mais les autres religions  polythéistes conservent leur liberté et reste libre d’exercer leur culte envers les divinités.

En 324, Constantin livre une bataille contre son rival Licinius. Dans la nuit qui précède la bataille, il reçoit un rêve, il voit apparaître dans le ciel les lettres X P qui sont les deux premières de Christ en Grec et il a vu ou entendu par « ce signe tu vaincras ». Le lendemain il gagne la bataille contre son rival et se « convertit » au christianisme, sans toutefois renoncer à ses pratiques idolâtres. Constantin désire avant tout trouver le Dieu qui va lui donner la victoire, le pouvoir, le titre d’empereur mais pas nécessairement le Dieu des chrétiens. Il cherche de la puissance même au prix  de compromis spirituels. Il crée une nouvelle religion qui n’est que le résultat d’un amalgame entre le spirituel et la politique. Sa religion devient religion d’état. Il n’est pas né de nouveau et n’a pas de relation avec le Dieu des chrétiens.

En 325 il décide de convoquer le premier concile œcuménique, qu’il dirigera lui-même sans la présence du pape de l’époque : Sylvestre premier.

 Il prononcera des paroles contre le Très-Haut, il opprimera les saints du Très-Haut, et il espérera changer les temps et la loi ; et les saints seront livrés entre ses mains pendant un temps, des temps, et la moitié d’un temps.                                         Daniel 7 : 25

Cette prophétie a été reçue par Daniel environ huit siècles avant la venue de Constantin.

L’empereur Constantin est un prémice, un prototype de ce que sera l’impie à la fin des temps.

Les « fruits » du concile de Nicée

 L’Eglise décide de se couper d’Israël, c’est-à-dire de ses racines bibliques, elle devient comme un électron libre sans noyau, perdu dans la nature ou comme la branche d’un arbre que l’on coupe. Ses feuilles restent vertes quelques jours et se dessèchent et tout ce qui reste c’est une branche mort. Il en est de même pour cette Eglise déconnectée. Comme elle ne peut vivre par elle-même, l’empereur Constantin va l’orienter vers les philosophies grecques et païennes. Il a coupé l’Eglise de se racines juives et bibliques et l’a greffée sur des racines de mort alimentée avec de l’ivraie. L’ivraie produit un poison mortel. Jésus compare l’œuvre des ouvriers de Satan à de l’ivraie.

Malgré cela cette Eglise se déclare le nouvel Israël et devient antisémite. Cette décision nous coupe de l’olivier franc, nous l’olivier sauvage.

Le prophète Daniel a prédit ces temps : Il prononcera des paroles contre le Très-Haut, il opprimera les saints du Très-Haut, et il espérera changer les temps et la loi ; et les saints seront livrés entre ses mains pendant un temps, des temps, et la moitié d’un temps.                                                                                                                              Daniel 7 : 27

 

-La fête de la Pâque devient Pâques, elle ne se célèbre plus le 14 du mois de Nisan, premier mois de l’année biblique, comme l’avait ordonné l’Eternel. Elle est célébrée le premier dimanche après la première pleine lune qui suit le 21 mars, donc au plus tôt le 22 mars, si la pleine lune tombe le soir du 21, et au plus tard le 25 avril. De ce fait nous célébrons le jour anniversaire de la résurrection et non plus le sacrifice de l’agneau, le sang qui a coulé pour notre rachat et la croix sont escamotés, mis aux oubliettes. Où est l’Agneau qui ôte le péché du monde dans cette fête ?

Honnêtement peut-on célébrer la résurrection d’un homme et mettre sous silence sa mort expiatoire sur une croix ?

L’abandon de la croix conduit à l’idolâtrie. La différence, entre la Pâque ou Pâques, représente, avant tout, une confrontation de royaume, une guerre entre le royaume de Dieu et le royaume de Babylone. Nous pouvons dire, également, entre Jérusalem et Babylone. Babylone nous réintroduit sous son joug pyramidal. Voici une autre conséquence, d’avoir rejeté les principes de Dieu et sa volonté ou sa parole, nous avons perdu la crainte de Dieu. Et la perte de la crainte de Dieu nous condamne à nous mettre sous l’autorité de faux dieux, et de les adorer.

 

La vérité représente un royaume : le royaume de la lumière.

La confusion symbolise un autre royaume : le royaume des ténèbres, le royaume de la voie large, de la mort. Le royaume de la confusion cherchera toujours à obscurcir le royaume de la vérité. Mais la vérité l’emportera toujours.

La ruse de Satan commence toujours par une petite semence de confusion de séduction, de relâchement. Mais son but final, c’est qu’elles deviennent une domination dans nos vies.

-Le jour du sabbat est supprimé. Ceci est confirmé le concile de Laodicée en 369.

« Il n’est pas bon pour les Chrétiens de judaïser en chômant le shabbat, mais ils doivent travailler en ce jour ; ils doivent se reposer le dimanche comme les chrétiens, préférant ce jour s’ils veulent, sous peine d’anathème ».

Des fêtes bibliques sont supprimées, comme la fête des trompettes qui attestent que nous sommes dans l’attente de retour de Jésus. La fête des trompettes dérange Constantin car il voit dans la personne de Jésus, Roi des rois un sérieux concurrent.

-Il introduit la doctrine des Nicolaïtes que Jésus dénonce dans la lettre adressée à l’Eglise de Pergame : De même, toi aussi, tu as des gens attachés pareillement à la doctrine des Nicolaïtes. Repens-toi donc ; sinon, je viendrai à toi bientôt, et je les combattrai avec l’épée de ma bouche.                                               Apocalypse 2 : 15 et 16

Dans sa première lettre destinée à l’Eglise d’Ephèse Jésus parle d’œuvres des Nicolaïtes : Tu as pourtant ceci, c’est que tu hais les œuvres des Nicolaïtes, œuvres que je hais aussi.                                                                                                              Apocalypse 2 : 9

Nicolaïte signifie : destructeur du peuple, qui domine sur le peuple ou victorieux du peuple.

Ces œuvres qui ne sont pas été déracinées, deviennent une doctrine que nous devons haïr. Une des œuvres de cette doctrine après le concile, lors de la célébration de la sainte Cène les fidèles n’ont plus accès  à la coupe. Cela devient un privilège réservé aux prêtres.

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Avec quoi vous nourrissez-vous ?

Jean 4.31-34:  » Pendant ce temps, les disciples le pressaient de manger, disant: Rabbi, mange. Mais il leur dit: J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas. Les disciples se disaient donc les uns aux autres: Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger? Jésus leur dit: Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son œuvre. »

Une des préoccupations principales des français aujourd’hui se porte sur la nourriture. On parle de plus en plus de « mal bouffe » et des conséquences liées à une mauvaise alimentation. Ainsi les industries ont compris l’intérêt qui est le leur de nous proposer des produits dont les vertus principales sont de nous aider à équilibrer notre corps.

Malheureusement lorsque l’on parle d’alimentation nous trouvons toutes sortes de comportementsA chaque extrémité des comportements alimentaires vous trouverez les anorexiques et les boulimiques, et entre ces deux extrêmes, il y a une foule composée de personnes dont certaines font le yoyo avec leur poids en testant les derniers régimes à la mode, tandis que d’autres calculent scrupuleusement la moindre calorie ingurgitée. Sans parler de ceux qui recherchent le dernier produit bio par souci de manger sain.

On en arrive à dire: « Dis-moi ce que tu manges et je te dirais qui tu es! »

La nourriture devient alors un vecteur d’analyse comportementale qui permet de définir qui nous sommes réellement!

Mais une question reste encore longtemps en suspens:

« Est-ce la nourriture qui nous influence dans nos comportements quotidiens? Ou bien est-ce notre personnalité qui influe sur notre comportement alimentaire? »

Tout cela devient très intéressant lorsque nous le transposons dans le domaine spirituel.

En effet, les principes de fonctionnement spirituel nous apprennent qu’il existe aussi une nourriture spirituelle!

Nous pouvons déclarer sans hésiter que la façon dont Jésus se nourrissait spirituellement est la plus équilibrée et la plus à même de participer au bon développement spirituel.

Mais avec quoi Jésus se nourrissait-il ?

D’où puisait-il sa nourriture spirituelle?

 Le Christ puisait ses forces et sa joie en faisant la volonté de son père et en accomplissant son œuvre. C’est en s’occupant continuellement à satisfaire ces deux buts qu’il parvenait à remplir son âme.

Mais face à un tel exemple n’avons-nous pas quelques dysfonctionnements dans notre comportement alimentaire en ce qui concerne nos âmes?

1-  Les dysfonctionnements alimentaires.

  1. a)    L’anorexie spirituelle.

Savez-vous qu’il y a des chrétiens spirituellement anorexiques!

L’anorexie est caractérisée par une perte de l’appétit, un refus de s’alimenter exprimant un refus de la vie.

L’anorexique spirituel perd peu à peu l’appétit, se privant de toutes les choses qui font la force du chrétien et qui contribuent à son développement.

L’anorexique spirituel commence souvent par sauter certains repas, il néglige de lire sa Bible et sa vie de prière s’étiole rapidement. Peu à peu il se renferme sur lui-même et sur sa souffrance.

C’est alors que se font sentir les premières carences accompagnées de malaises caractéristiques au manque d’éléments indispensables à l’équilibre et au bon développement.

L’anorexique spirituel souffre

D’étourdissement: il perd la vision, le sens de l’orientation spirituel.

De déshydratation: il se dessèche, sa communion avec le Saint-Esprit disparaît peu à peu.

D’une perte de poids: sa vie devient légère et faite de futilités.

Avez-vous parfois des troubles d’anorexie dans votre vie spirituelle?

L’anorexie témoigne d’une anomalie inconsciente et profonde de l’équilibre affectif.

Elle survient souvent à l’occasion d’un conflit familial.

Combien de conflits dans la maison de Dieu qui ont provoqué dans la vie de plusieurs des troubles d’anorexie spirituelle?

Le résultat dans la vie de ces personnes se révèle au travers de l’immaturité, de théories infantiles et d’un refus inconscient d’être adulte (une fuite des responsabilités).

  La boulimie spirituelle

La boulimie spirituelle existe aussi. Elle fait partie des dysfonctionnements alimentaires de l’âme. Elle est caractérisée par des impulsions effrénées et irrésistibles poussant la personne à ingurgiter les aliments, parfois en grande quantité, sans faim et sans plaisir.

A la façon du religieux qui s’impose une discipline spirituelle immodérée, le boulimique spirituel est en quête constante de nourriture pour essayer de calmer son mal-être intérieur. Il pense qu’à force de se nourrir, il finira par obtenir un soulagement.

Ainsi, vous le retrouvez dans toutes les manifestations, toutes les rencontres et tous les séminaires. Là, il se tient à l’affût de la moindre chose qui pourrait venir calmer le vide qu’il ressent constamment au-dedans de lui.

Mais malheureusement, rien ne le remplit car ce n’est pas une faim légitime qui le pousse à s’alimenter mais une souffrance qui résonne dans son âme.

Sa démarche consiste donc à manger, le plus vite et le plus possible pour tenter de combler son vide. Il avale tous les enseignements sans même avoir pris le temps de les mâcher, il ne fait qu’avaler et en réalité il ne digère rien.

Bien pire, le boulimique spirituel finit souvent par manifester des troubles de l’humeur et des manifestations anxieuses dues à un sentiment de culpabilité qui découle de la différence qui existe entre ce qu’il vit et ce qu’il sait devoir vivre.

Une des caractéristiques de la boulimie est qu’elle ne s’accompagne pas de prise de poids.

Savez-vous pourquoi?

Simplement en raison des vomissements que le boulimique se provoque.

Proverbes 25.16: « Si tu trouves du miel, n’en mange que ce qui te suffit, de peur que tu n’en sois rassasié et que tu ne le vomisses. »

En fait le boulimique spirituel n’est pas seulement un chrétien qui mange trop mais aussi une personne qui ne garde rien.

Michée 6.14: « Tu mangeras sans te rassasier, et la faim sera au-dedans de toi »

  Manger que ce que l’on aime

 Parmi les dysfonctionnements alimentaires de la vie spirituelle, il y a aussi ceux qui consistent à ne manger que ce que l’on aime.

Ainsi, nous trouvons des croyants qui font le tri, jusqu’à devenir des spécialistes dans tel ou tel domaine de la vie spirituelle tellement ils s’en sont nourris et imprégnés.

Et beaucoup finissent par être plus attirés par la nourriture sucrée que salée!

Proverbes 23.3: « Ne convoite pas les friandises, c’est un aliment trompeur. »

Il est triste de constater que certains sont à la recherche de paroles douces et agréables.

2 Timothée 4.3-4: »Il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. »

Si vous ne mangez que ce que vous aimez vous finirez par vivre des déséquilibres dans votre vie spirituelle au point de sortir de la vérité annoncée par la parole de Dieu.

Car à force de filtrer toutes choses vous finirez, comme le souligne Jésus, par couler le moustique mais avaler le chameau!

Matthieu 23.24:  » Vous filtrez votre boisson pour en éliminer un moustique, mais vous avalez un chameau!

N’est-il pas étrange de voir que les personnes les plus scrupuleuses sont aussi celles qui finissent par accepter et par vivre les choses les pires?

 Les régimes

 D’autres croyants quant à eux se privent de certaines choses indispensables à la vie spirituelle. Ils pratiquent toutes sortes de régimes à un tel point que nous trouvons même des églises où les croyants sont tous au régime sans « sel »; des églises où la vie de l’Esprit a entièrement disparu.

Marc 9.50: « Le sel est une bonne chose; mais si le sel devient sans saveur, avec quoi l’assaisonnerez-vous? Ayez du sel en vous-mêmes, et soyez en paix les uns avec les autres. »

Privé du sel de l’Esprit la vie de tels croyants devient vite fade et insipide et finit rapidement par se corrompre.

D’autres au contraire sont des adeptes du régime sans sucre. Ils abordent et annoncent la parole de Dieu sans aucune douceur la dispensant sous un aspect dur et rigide.

2 Timothée 4.1-2: « Je t’en conjure devant Dieu et devant Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, et au nom de son avènement et de son royaume, prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant. »  

Il existe toutes sortes de régimes aujourd’hui mis en place dans les vies de certains croyants. Ainsi, vous trouverez des régimes qui privilégient la louange à la place de la Parole, d’autres qui mettent l’accent sur telle ou telle pratique de la vie spirituelle en négligeant les autres aspects tout aussi importants.

Notre âme, comme notre corps, a besoin d’équilibre pour connaître le meilleur développement possible. Aussi la pratique d’un régime spirituel est fortement déconseillée!

Dans la Bible rien ne doit être négligé car tout a son importance et son utilité pour notre croissance. Ne devenez pas adeptes des régimes spirituels!

Apocalypse 22.18-19: « Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre; et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre. »    

Un bon repas équilibré est composé du Christ tout entier, dans la Bible tout entière!

Jésus le disait à ses disciples dans Jean 4.32: « J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas. »

Et vous, la connaissez-vous?

De quoi vous nourrissez-vous?

Avez quoi remplissez-vous votre âme?

Ne faites pas jeûner vos âmes et ne les nourrissez pas de repas de substitution que l’adversaire vous propose. Même si ses menus paraissent bien alléchants. Il est un fabriquant de coupe faim pour vous priver de la nourriture divine. Matthieu 4.3-4 : Le tentateur, s’étant approché, lui dit : Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. Jésus répondit : Il est écrit : L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.

Depuis combien de temps n’avez-vous pas goûté à la nourriture divine?

La parole qui sort de la bouche de Dieu, voilà l’aliment spirituel du chrétien!

Mais lorsque cette nourriture divine a pénétré dans votre âme n’oubliez pas qu’elle doit vous pousser, comme Jésus, à accomplir la volonté de Dieu.

L’aliment spirituel nous est dispensé dans l’unique but que nous puissions œuvrer pour Dieu. Sans cette activité nous devenons des obèses spirituels!

Alors retenez cette équation: Nourriture spirituelle + activité spirituelle = équilibre parfait.

Site internet de l’église : http://www.addlaciotat.com/

Email de l’église: pasteur@addlaciotat.com

Xavier Lavie

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire