COMMENT GARDER VOTRE FEU INTÉRIEUR

Candice Smithyman

Traduction Dominique François
Juin 2019.
Le 20 mai 2019, je me suis réveillée pendant un rêve saisissant. Des gens, dans une cafétéria qui semblait faire partie d’un hôtel contemporain, choisissaient des plats qu’ils plaçaient sur des plateaux et ils s’asseyaient à une table. Je m’apprêtais à faire la même chose, quand je regardai par la fenêtre de la cafétéria et vis un spectacle horrible. L’eau de mer montait jusqu’à la moitié des fenêtres et à l’extérieur, des gens étaient allongés sur des radeaux ressemblant à de grands animaux marins morts.

Ils ne pouvaient pas s’accrocher sur les radeaux et tombaient à l’eau. Chaque fois que leurs bras ou leurs jambes dépassaient, ils étaient dévorés par des requins. J’en étais malade et j’essayais de trouver un moyen de les sauver, cependant, lorsque je regardai autour de moi, personne ne semblait s’en soucier. Ceux de l’intérieur étaient à table et continuaient de parler et de regarder ce massacre.

SORTEZ ET JE LES SAUVERAI

Je me suis réveillée me sentant impuissante mais avec le fardeau de la responsabilité de faire quelque chose. J’ai décidé de prier pendant environ 24 heures et le Seigneur m’a parlé clairement et dit : « La cafétéria représente les nombreuses églises qui regardent vers l’extérieur, mangeant de la nourriture spirituelle, et cependant ne faisant rien pour ceux qui m’appartiennent et sont en train de se noyer dans les rivières de la vie. Le brisement de mon peuple est comme du sang qui attire les requins et les forces qui viennent pour le ravager, mais j’ai besoin que celui-ci arrête de se reposer sur ses lauriers, sorte vers l’extérieur et je le sauverai. »

J’ai été convaincue dans mon cœur et dans mon âme, évaluant ce que je pouvais faire personnellement et comment je pourrais partager avec l’Église que le Seigneur ne veut pas seulement sauver les âmes perdues, mais qu’il veut aussi guérir le brisement de son propre peuple. Notre brisement est comme du sang pour les forces démoniaques. Ces forces s’attaquent aux blessés et à ceux qui souffrent. Cependant, l’Église doit les trouver en son sein, les chercher dans les rues et les délivrer de cette profonde tristesse.

J’ai demandé à Dieu : « Comment pouvons-nous mettre ceci en œuvre alors que nos églises sont tellement confortables ? » Il m’a répondu : « C’est dans l’inconfort que les dons spirituels soient activés. » En d’autres termes, dans le réconfort et la puissance de son Esprit, nous sommes chargés d’aller dans des endroits inconfortables où nos dons seront activés. Puisque que je suis pasteur d’une église aux côtés de mon mari, je devais examiner ma propre communauté et évaluer si nous faisions ainsi et si non, comment nous pourrions commencer à poursuivre cette tâche.

À ce moment-là, Dieu m’a dit que son peuple devait apprendre à être consumé par le feu et la passion pour Lui et que cela le pousserait à sauver la brebis perdue, mais aussi à guérir celle qui est brisée et qui a besoin de consolation. Nous devons apprendre à allumer notre propre feu en attisant la flamme que Christ nous a donnée par l’imposition des mains et l’activation de nos dons spirituels.

NOUS DEVONS APPRENDRE À ALLUMER NOS PROPRES FEUX

En 2 Timothée 1. 5-8, l’apôtre Paul dit à Timothée : « […] gardant le souvenir de la foi sincère qui est en toi, qui habita d’abord dans ton aïeule Loïs et dans ta mère Eunice, et qui, j’en suis persuadé, habite aussi en toi. C’est pourquoi je t’exhorte à ranimer le don de Dieu que tu as reçu par l’imposition de mes mains. Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse. N’aie donc point honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi son prisonnier. Mais souffre avec moi pour l’Évangile.

Nous avons la responsabilité d’attiser les dons de Dieu. Nous devons apprendre à allumer notre propre feu. Tant de fois, l’Église veut que quelqu’un allume son feu. C’est bien et nécessaire par moments, et Dieu dans sa bonté, envoie ceux qui ont des dons particuliers dans les églises pour ce faire. En tant que revivaliste moi-même, qui va dans les églises et allume le feu, je comprends ce don, mais la plus grande bénédiction c’est de voir le peuple de Dieu allumer son propre feu sans aide. Il sait comment allumer sa flamme personnelle. Lorsque le feu brûle lentement dans la vie des gens, ils peuvent attiser les braises pour qu’une flamme reprenne.

Dans nos églises, les évangélistes sont nécessaires, mais il faut davantage que la simple visite d’un revivaliste qui allume le feu et apporte la motivation de Dieu à son peuple. En tant que corps de Christ, nous devons nous alimenter à son feu en tant qu’individus au sein de l’église mondiale et savoir garder son ardeur.
La Parole dit en Apocalypse 1. 14-16 : « Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige ; ses yeux étaient comme une flamme de feu ; ses pieds étaient semblables à de l’airain ardent, comme s’il eût été embrasé dans une fournaise ; et sa voix était comme le bruit de grandes eaux. Il avait dans sa main droite sept étoiles. De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants ; et son visage était comme le soleil lorsqu’il brille dans sa force. »
Ses yeux sont un feu ardent. Le feu réside en Lui. C’est une caractéristique de Dieu. Ses pieds sont comme du bronze, brillants dans une fournaise. Son visage est comme le soleil qui brille de tout son éclat. C’est un Dieu de feu et nous, ses enfants, qui faisons partie de lui, devrions également briller.

Dans le Cantique des cantiques 8. 6, 7 la parole dit : « Mets-moi comme un sceau sur ton cœur, comme un sceau sur ton bras ; car l’amour est fort comme la mort, la jalousie est inflexible comme le séjour des morts ; ses ardeurs sont des ardeurs de feu, une flamme de l’Éternel. Les grandes eaux ne peuvent éteindre l’amour, et les fleuves ne le submergeraient pas ; quand un homme offrirait tous les biens de sa maison contre l’amour, il ne s’attirerait que le mépris. »

CONSUMÉS PAR DES FLAMMES ARDENTES

Il est le feu et nous devons puiser chaque jour dans sa flamme. Alors que nous venons de passer la Pentecôte, rappelons-nous que l’Église a été saisie par des flammes de feu.

Actes 2. 1-4 dit : « Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. Et ils furent tous remplis du Saint Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. »

Il est merveilleux de recevoir le baptême du Saint-Esprit et de feu, mais nous devons apprendre à continuer à attiser le feu de Dieu. Nous devons parler en langues et mobiliser les dons et la puissance afin de pouvoir aller au dehors et sauver les perdus. Il faut plus que de la motivation et du battage médiatique pour faire fonctionner l’Église, nous devons activer la puissance du Saint-Esprit que l’Église possède déjà dans ses membres. C’est une chose surnaturelle. L’homme est incapable de faire cela, mais il peut se soumettre à un Dieu qui veut le faire en nous et à travers nous, en tant qu’Église de son royaume. C’est là que la discipline entre en jeu. Nous cherchons Sa face tous les jours et nous prions en langues et intercédons, non pas parce que nous en avons envie, mais parce que si nous ne le faisons pas, quelqu’un risque de mourir parce que notre feu s’est éteint.
En Zacharie 4.1-9, la Parole dit : « L’ange qui parlait avec moi revint, et il me réveilla comme un homme que l’on réveille de son sommeil.

Il me dit : Que vois-tu ? Je répondis : Je regarde, et voici, il y a un chandelier tout d’or, surmonté d’un vase et portant sept lampes, avec sept conduits pour les lampes qui sont au sommet du chandelier ;et il y a près de lui deux oliviers, l’un à la droite du vase, et l’autre à sa gauche.
Et reprenant la parole, je dis à l’ange qui parlait avec moi : Que signifient ces choses, mon seigneur ?
L’ange qui parlait avec moi me répondit : Ne sais-tu pas ce que signifient ces choses ? Je dis : Non, mon seigneur.
Alors il reprit et me dit: C’est ici la parole que l’Éternel adresse à Zorobabel : Ce n’est ni par la puissance ni par la force, mais c’est par mon esprit, dit l’Éternel des armées.

Qui es-tu, grande montagne, devant Zorobabel ? Tu seras aplanie. Il posera la pierre principale au milieu des acclamations : Grâce, grâce pour elle!
La parole de l’Éternel me fut adressée, en ces mots :
Les mains de Zorobabel ont fondé cette maison, et ses mains l’achèveront ; et tu sauras que l’Éternel des armées m’a envoyé vers vous .

Dieu prendra soin de Son église, la lumière du monde et pourvoira pour elle par son puissant Esprit. Par conséquent, le mouvement visant à sauver les perdus et à aider ceux qui sont bloqués et déchirés par l’ennemi, se fera par la puissance de Son Esprit seul. Nous devons donc apprendre à activer son Esprit en nous.

QUE LE RÉVEIL TOUCHE D’ABORD LA MAISON DE DIEU

En tant que peuple de Dieu, nous devons nous discipliner pour prier tous les jours en langues et à intercéder pour les perdus, ainsi que pour ceux qui sont sauvés, mais qui vivent dans la défaite. Si ce pays veut voir une réforme, le réveil doit d’abord atteindre la maison de Dieu, qui vivant dans Son feu ardent, enflammera ceux qui sont perdus et ont besoin de connaître le Sauveur.

L’apôtre Pierre dit en 1 Pierre 4. 16-19, « Mais si quelqu’un souffre comme chrétien, qu’il n’en ait point honte, et que plutôt il glorifie Dieu à cause de ce nom. Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c’est par nous qu’il commence, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à l’Évangile de Dieu ? Et si le juste se sauve avec peine, que deviendront l’impie et le pécheur ? Ainsi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu remettent leurs âmes au fidèle Créateur, en faisant ce qui est bien. »

Notre responsabilité est de garder le feu allumé et cela ne se fait pas uniquement au travers des cinq ministères d’apôtre, de prophète, d’évangéliste, de pasteur et d’enseignant. Bien que notre travail consiste à préparer les chrétiens à des œuvres précises, afin que le Corps de Christ puisse être édifié (Éphésiens 4. 12), le peuple de Dieu doit aussi apprendre à le faire lui-même, car il a été enseigné et équipé pour ce faire. L’Église, dans son ensemble, a besoin de se focaliser ainsi sur ses membres.

Par conséquent, c’est par la discipline personnelle du Corps de Christ à la recherche de Dieu, à la fois individuellement et collectivement, et qui attise continuellement ses dons en parlant en langues et en marchant avec la hardiesse du Royaume, que nous pourrons accomplir cette tâche qui consiste à trouver ceux qui sont perdus et à guérir ceux qui sont brisés. Nous devons prendre un risque et aller dans des lieux inconfortables où Dieu commencera à activer nos dons et nous le verrons nous utiliser pour faire des miracles, des prodiges et des merveilles. C’est alors que notre feu de réveil personnel apportera une réforme à l’Église et un salut aux perdus !

Dr. Candice Smithyman
Founder, Dream Mentors Transformational Life Coaching Institute
Email: info@candicesmithyman.com
Website: candicesmithyman.com

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s