Les rayons du soleil de justice brillent-ils sur nos vies ?

  Lève- toi, brille : Ta lumière arrive, la gloire du Seigneur se lève sur toi.

Mais pour vous qui craigniez mon nom, se lèvera le soleil de justice, et la guérison sera sous ses ailes. Vous sortirez et vous sauterez comme les veaux d’une étable.                                                                                         Malachie 4 : 2et 3

 Dans ce verset de Malachie, nous distinguons quatre points importants :

1-Vous qui craignez mon nom.

2- Le soleil de justice se lèvera (le soleil est associé à la justice).

3-La guérison sera sous ses ailes.

4-Vous sortirez et sauterez ou bondirez de joie. Dans un but bien précis : vous foulerez les méchants, ils seront comme la cendre sous la plante de vos pieds.

Cela correspond à la promesse que Jésus nous donne.

Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne pourra vous nuire.                        Luc 10-19

Cette promesse ne s’accomplira que si la crainte de Dieu est présente dans nos vies, et si le soleil de justice brille dans nos vies. Elle est pour ceux ou celles qui acceptent l’œuvre de Jésus accomplie sur la croix.

En effet il est impossible de marcher sur la puissance de l’ennemi sans que, dans nos vies brille la lumière du soleil de justice. De plus cette autorité vient de  Jésus à cause de sa victoire sur la croix. Souvenons-nous que c’est là qu’il a dépouillé Satan et tous ses démons.

Qui est ce soleil de justice ?

Certains connaissent la réponse, d’autres peut-être pas.

Grâce aux entrailles de la miséricorde de notre Dieu, En vertu de laquelle le soleil levant nous a visités d’en haut. Pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort, Pour diriger nos pas dans le chemin de la paix.                                                                                                            Luc 2 : 78 et 79

 Là, nous apprenons que ce soleil de justice nous est envoyé par grâce, par l’ardente compassion,  la miséricorde de notre Dieu. Ceci à cause de son amour. Il est pour ceux qui se tiennent assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort. Ceux qui choisissent d’en sortir, non par leur propre force mais par la grâce offerte. Le soleil de justice nous parle également de la venue d’une grande lumière avec l’arrivée de Jésus dans une région de Galilée, en Israël, où règnent les ténèbres et l’ombre de la mort :

Jésus, ayant appris que Jean avait été livré, se retira dans la Galilée. Il quitta Nazareth, et vint demeurer à Capernaüm, située près de la mer, dans le territoire de Zabulon et de Nephtali, Afin que s’accomplisse ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète : Le peuple de Zabulon et de Nephtali, De la contrée voisine de la mer, du pays au–delà du Jourdain, Et de la Galilée des païens. Ce peuple, assis dans les ténèbres, à vu une grande lumière ; Et sur ceux qui étaient assis dans la région et l’ombre de la mort La lumière s’est levée.

Dès lors Jésus commença à prêcher, et à dire : Repentez vous, car le royaume des cieux est proche.                                                                     Matthieu 4 : 12 à 17

 Cette Prophétie avait été annoncée cinq siècles avant la venue de Jésus.

Nous constatons que c’est dans ce pays de ténèbres où les gens sont dans l’antichambre de la mort éternelle que la lumière, une grande lumière se lève et apparaît avec  l’arrivée de Jésus. Nous reconnaissons que cette situation ressemble étrangement à la nôtre avant que nous n’accueillions Jésus dans nos vies. Comme Jésus, nous avons des situations à quitter.

Où Jésus vient-il demeurer pour commencer son ministère ?

 À Capernaüm : son nom signifie : la ville de la consolation. Jésus vient apporter la consolation à ceux qui se tiennent dans les ténèbres et sont assis dans l’antichambre de la mort, grâce aux entrailles de miséricorde ou de compassion de notre Dieu et à cause de son grand amour.

Il ne pouvait demeurer à Nazareth dont le nom signifie : germe, rejeton. C’est sans doute la raison pour laquelle, les habitants le considéraient simplement comme le fils du charpentier. Lors d’un passage dans sa ville, Nazareth, Jésus ne pu opérer aucun miracle à cause de l’incrédulité des habitants.

Nazareth représente la ville de l’incrédulité, de l’aveuglement de l’esprit religieux. Elle vit dans le rejet, quand elle compare sa renommée à celle de Jérusalem dans le monde. C’est la raison pour laquelle Jésus quitte Nazareth, sinon il n’aurait jamais pu exercer son ministère. A Nazareth, se manifeste également « l’esprit des voisins ». Nous en trouvons un exemple dans l’évangile de Jean : Ses voisins et ceux qui auparavant l’avaient connu comme un mendiant disaient : N’est ce pas là celui qui se tenait assis et qui mendiait ? Les uns disaient : C’est lui. D’autres disaient : Non, mais il lui ressemble. Et lui–même disait : C’est moi. Jean 9 : 8 et 9

 C’est ce même esprit qui mettait dans la bouche des habitants de Nazareth, ces paroles :

N’est ce pas le fils du charpentier ?

Même après la guérison ou la délivrance du mendiant, ils le voyaient toujours pareil. Oui ils étaient dans le doute, la confusion et l’aveuglement. Ils avaient ce même sur Jésus de Nazareth.

À vous qui aujourd’hui lisez ce message, à vous qui êtes dans les ténèbres, dans l’antichambre de la mort, physique ou spirituelle, l’incrédulité, la confusion, le découragement, la maladie, la dépression, la drogue, en recherche de votre véritable identité ou d’un besoin de délivrance j’annonce cette bonne nouvelle.

Certains, vous avez déjà marché avec Jésus et aujourd’hui vous vous retrouvez dans une impasse de ténèbres, vous avez perdu le chemin de la paix et vous êtes enfermé dans « Nazareth » avec le regard des voisins sur vous.

Jésus veut vous apporter la consolation, la guérison, opérer des miracles, vous revêtir de sa gloire, vous communiquer l’amour du Père, diriger vos pas dans le chemin de la paix. Il désire briller dans vos vies, dans nos vies grâce aux entrailles de miséricorde et de compassion de notre Dieu.

Jésus nous offre cette possibilité de briller dans nos vies, non pas pour nous donner un bronzage extérieur. Il désire briller et redonner la vie à nos cœurs, nos âmes, nos corps et que cela se reflète à l’extérieur. Il a choisi de même de venir briller dans cette région de Galilée.

La mort, les ténèbres représentent nos vies, chacune de nos vies avant que nous n’acceptions l’œuvre du soleil de justice dans nos vies, c’est-à-dire Jésus. La bonne nouvelle se tient en partie dans ce verset :

 Car le Fils de l’homme est venu sauver ce qui était perdu.       Matthieu 18 : 11

Christ jésus est venu pour sauver les pêcheurs, dont moi je suis le premier, nous dit l’apôtre Paul.                                                                           Timothée 1-15 

 La bonne nouvelle, la voici : Jésus n’est pas venu juger ou condamner mais plutôt sauver afin d’exercer et manifester «  les entrailles de miséricorde de notre Dieu »

  Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.

 Celui qui croit en lui (Jésus) n’est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et ce jugement c’est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises.                                              Jean : 3- 17 à 19

 Nazareth nous est donné comme exemple 

Peut-être êtes-vous dans l’incrédulité, la confusion comme à Nazareth, si c’est le cas n’y demeurez pas. Comme Jésus sortons de Nazareth, de l’incrédulité, acceptons la lumière et sortons des ténèbres…

Demeurer signifie : avoir son habitation, être établi, s’asseoir dans une situation, et même être habité… par les ténèbres par exemple ou l’incrédulité.

Le mot ténèbres ici, vient du mot grec « Skotos ». Ce mot est utilisé pour parler de l’ignorance des choses divines, de l’impiété, de l’immoralité, et de  toute la misère qui en découle.

Ce mot désigne les personnes qui vivent dans l’obscurité, demeure et qui se  dirige vers  l’enfer, bien sûr. Ce nom signifie également : se tenir dans la méchanceté, la rébellion, la détresse, dans la tombe où le sépulcre.

« L’ombre de la mort »  ombre (skia) signifie : ombre causée par la capture de la lumière ou le vol de la lumière. Là où la lumière et la vie sont volées.

À cause de cela, la Galilée a mauvaise réputation ou mauvaise renommée :

Philippe rencontra Nathanaël et lui dit : nous avons trouvé celui de qui Moïse a écrit dans la loi dont les prophètes ont parlé, Jésus de Nazareth, fils de Joseph. Nathanaël lui dit : peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon ?                                Jean 1 : 45 et 46

 Nazareth est une ville de la Galilée. Peut-être que ces mêmes paroles ont été prononcées sur vos vies : « que peut-il sortir de bon de cet homme ou de cette femme, de cet enfant à cause de son héritage familial. »

Pourtant cette région du nord d’Israël se situe en terre promise. La population était mélangée sur le plan naturel et sur le plan spirituel, à cause des déportations et des invasions. Chacune de ces populations déportées, notamment celle Babylone apportaient ses croyances et ses faux dieux. Et c’est là, encore, que la reine Jézabel, épouse du roi Achab, a établi des autels à ses dieux, notamment à Baal. C’est pour cela que ce peuple marchait à cloche pied : Un pied pour l’Eternel, un pied pour Baal.

Cela signifie, aujourd’hui, pour nous : un pied dans le monde, un pied avec Jésus, cette situation est bien inconfortable.

Ces habitants de la Galilée étaient-il plus méchants que nous ou rejetaient-ils plus Dieu que d’autres ? Non, sûrement pas.

Ils étaient comme nous, sur le plan spirituel. Dieu nous demande de nous nourrir des fruits de l’arbre de vie : Jésus. Beaucoup le rejettent et préfèrent manger des fruits de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, l’arbre de l’indépendance et de la rébellion.

La situation des habitants décrite dans ces versets et qui nous concerne ressemble beaucoup à :

Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies.                                                                                          Romains 5 : 6

« Sans force », ici, tire sa racine d’un mot grec « asthenes ou asthenace » » d’où vient le mot « asthénie ». Sans force, le mot employé dans ce contexte signifie : n’avoir  aucune ressource, se sentir complètement impuissant, démuni, faible face au mal, à la mort, à la maladie, à la pauvreté, à la malédiction. Nous étions ainsi quand Jésus est venu dans ce monde nous annoncer la bonne nouvelle du royaume,  c’est-à-dire mourir pour nous, ressusciter pour nous.

C’est pourtant dans cette région, en Galilée, que Jésus va opérer le plus grand nombre de ses miracles : nourrir 5000 hommes avec cinq pains et deux poissons et les 4000 hommes ensuite, il va changer l’eau en vin lors des noces de cana. C’est aussi dans cette région qu’il apaise la tempête,  qu’il guérit des aveugles, le paralytique et la femme à la perte de sang,  et qu’il ressuscite la fille du responsable de la synagogue de Capernaüm.

Il guérit même le serviteur d’un centenier romain, c’est-à-dire un ennemi  et occupant d’Israël. C’est là également qu’il  redonne la vie au fils de la veuve de Naïm.

Jésus quitta ces lieux, et vint près de la mer de Galilée. Etant monté sur la montagne, il s’y assit. Alors s’approcha de lui une grande foule, ayant avec elle des boiteux, des aveugles, des muets, des estropiés, et beaucoup d’autres malades. On les mit à ses pieds, et il les guérit ; En sorte que la foule était dans l’admiration de voir que les muets parlaient, que les estropiés étaient guéris, que les boiteux marchaient, que les aveugles voyaient ; et elle glorifiait le Dieu d’Israël.                                                                                           Matthieu 15 : 29 à 31

 C’est en Galilée qu’il est apparu transfiguré devant Pierre, Jacques et Jean. C’est dans cette région également qu’il a donné rendez-vous à ses disciples, pour leur donner la preuve de sa résurrection. C’est là également qu’il a rétabli Pierre après son triple reniement pour donner la preuve qu’il guérissait les cœurs brisés. Dans cette région il a choisi le plus grand nombre de ses disciples.

Car là où le péché a abondé, la grâce surabonde.

En Galilée, il a commencé à proclamer : Repentez-vous car le royaume de Dieu est proche.

Ce peuple galiléen était dans la mort spirituelle.

 Nous qui étions morts par nos offenses, (Dieu) nous a rendus vivants avec Christ. C’est par grâce que vous êtes sauvés.                                    Ephésiens 2 -5

Voilà ce que nous étions avant de naître de nouveau… Il nous a rendu à la vie « rendre à la vie » signifie « rendre vivant éternellement».

C’est pourtant au milieu de cette population ignorante des choses de Dieu, voire même hostile, que Jésus va demeurer pendant 30 ans. Cela avait été prophétisé dans les Ecritures : il sera appelé Nazaréen et  s’accorde avec le passage de l’Ancien Testament où Jésus est annoncé comme étant le germe ou le rejeton. Nazareth signifie  également : germe, rejeton.

Bien sûr, aujourd’hui il est beaucoup plus que cela : Il est le Lion de la tribu de Juda, le chemin, la vérité et la vie, le pain de vie descendu du ciel, la résurrection, celui qui guérit, qui sauve. Il est la gloire manifestée du Père.

Pourtant, pour vous, peut-être, est-il encore le germe, le petit Jésus de la crèche ? Peut-être ne le connaissez-vous-même pas. Certaines églises le présentent encore ainsi.

Il n’y pas de condamnation pour vous qui êtes dans l’une ou l’autre de ces situations : Jésus veut se révéler à vous et vous demande de vous lever en passant par la repentance afin de sortir de l’ombre de la mort et des ténèbres.

C’est dans cette région de l’ombre de la mort, là où la population se tient assise dans les ténèbres que Jésus commence son ministère, pourtant ce peuple habite la terre promise.

La conclusion que nous en tirons est la suivante : même si nous sommes nés dans une famille chrétienne, enseignés dans une religion et nous fréquentons une église tous les dimanches, malgré cela nous pouvons nous nous tenons dans  les ténèbres et dans l’ombre de la mort.

Quand le maître de la maison se sera levé et aura fermé la porte, et que vous, étant dehors, vous commencerez à frapper à la porte, en disant : Seigneur, Seigneur, ouvre–nous ! il vous répondra : Je ne sais d’où vous êtes. Alors vous vous mettrez à dire : Nous avons mangé et bu devant toi, et tu as enseigné dans nos rues. Et il répondra : Je vous le dis, je ne sais d’où vous êtes ; retirez–vous de moi, vous tous, ouvriers d’iniquité.                                   Luc 13 : 25 à 27

Lève- toi, brille : Ta lumière arrive, la gloire du Seigneur se lève sur toi.

Mais pour vous qui craigniez mon nom, se lèvera le soleil de justice, et la guérison sera sous ses ailes. Vous sortirez et vous sauterez comme les veaux d’une étable.                                                                                         Malachie 4 : 2et 3

 Dans ce verset de Malachie, nous distinguons quatre points importants :

1-Vous qui craignez mon nom.

2- Le soleil de justice se lèvera (le soleil est associé à la justice).

3-La guérison sera sous ses ailes.

4-Vous sortirez et sauterez ou bondirez de joie. Dans un but bien précis : vous foulerez les méchants, ils seront comme la cendre sous la plante de vos pieds.

Cela correspond à la promesse que Jésus nous donne.

Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne pourra vous nuire.                         Luc 10-19

Cette promesse ne s’accomplira que si la crainte de Dieu est présente dans nos vies, et si le soleil de justice brille dans nos vies. Elle est pour ceux ou celles qui acceptent l’œuvre de Jésus accomplie sur la croix.

En effet il est impossible de marcher sur la puissance de l’ennemi sans que, dans nos vies brille la lumière du soleil de justice. De plus cette autorité vient de  Jésus à cause de sa victoire sur la croix. Souvenons-nous que c’est là qu’il a dépouillé Satan et tous ses démons.

Qui est ce soleil de justice ?

Certains connaissent la réponse, d’autres peut-être pas.

Grâce aux entrailles de la miséricorde de notre Dieu, En vertu de laquelle le soleil levant nous a visités d’en haut. Pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort, Pour diriger nos pas dans le chemin de la paix.                                                                                                            Luc 2 : 78 et 79

 Là, nous apprenons que ce soleil de justice nous est envoyé par grâce, par l’ardente compassion,  la miséricorde de notre Dieu. Ceci à cause de son amour. Il est pour ceux qui se tiennent assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort. Ceux qui choisissent d’en sortir, non par leur propre force mais par la grâce offerte. Le soleil de justice nous parle également de la venue d’une grande lumière avec l’arrivée de Jésus dans une région de Galilée, en Israël, où règnent les ténèbres et l’ombre de la mort :

Jésus, ayant appris que Jean avait été livré, se retira dans la Galilée. Il quitta Nazareth, et vint demeurer à Capernaüm, située près de la mer, dans le territoire de Zabulon et de Nephtali, Afin que s’accomplisse ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète : Le peuple de Zabulon et de Nephtali, De la contrée voisine de la mer, du pays au–delà du Jourdain, Et de la Galilée des païens. Ce peuple, assis dans les ténèbres, à vu une grande lumière ; Et sur ceux qui étaient assis dans la région et l’ombre de la mort La lumière s’est levée.

Dès lors Jésus commença à prêcher, et à dire : Repentez vous, car le royaume des cieux est proche.                                                                     Matthieu 4 : 12 à 17

 Cette Prophétie avait été annoncée cinq siècles avant la venue de Jésus.

Nous constatons que c’est dans ce pays de ténèbres où les gens sont dans l’antichambre de la mort éternelle que la lumière, une grande lumière se lève et apparaît avec  l’arrivée de Jésus. Nous reconnaissons que cette situation ressemble étrangement à la nôtre avant que nous n’accueillions Jésus dans nos vies. Comme Jésus, nous avons des situations à quitter.

Où Jésus vient-il demeurer pour commencer son ministère ?

 À Capernaüm : son nom signifie : la ville de la consolation. Jésus vient apporter la consolation à ceux qui se tiennent dans les ténèbres et sont assis dans l’antichambre de la mort, grâce aux entrailles de miséricorde ou de compassion de notre Dieu et à cause de son grand amour.

Il ne pouvait demeurer à Nazareth dont le nom signifie : germe, rejeton. C’est sans doute la raison pour laquelle, les habitants le considéraient simplement comme le fils du charpentier. Lors d’un passage dans sa ville, Nazareth, Jésus ne pu opérer aucun miracle à cause de l’incrédulité des habitants.

Nazareth représente la ville de l’incrédulité, de l’aveuglement de l’esprit religieux. Elle vit dans le rejet, quand elle compare sa renommée à celle de Jérusalem dans le monde. C’est la raison pour laquelle Jésus quitte Nazareth, sinon il n’aurait jamais pu exercer son ministère. A Nazareth, se manifeste également « l’esprit des voisins ». Nous en trouvons un exemple dans l’évangile de Jean : Ses voisins et ceux qui auparavant l’avaient connu comme un mendiant disaient : N’est ce pas là celui qui se tenait assis et qui mendiait ? Les uns disaient : C’est lui. D’autres disaient : Non, mais il lui ressemble. Et lui–même disait : C’est moi. Jean 9 : 8 et 9

 C’est ce même esprit qui mettait dans la bouche des habitants de Nazareth, ces paroles :

N’est ce pas le fils du charpentier ?

Même après la guérison ou la délivrance du mendiant, ils le voyaient toujours pareil. Oui ils étaient dans le doute, la confusion et l’aveuglement. Ils avaient ce même sur Jésus de Nazareth.

À vous qui aujourd’hui lisez ce message, à vous qui êtes dans les ténèbres, dans l’antichambre de la mort, physique ou spirituelle, l’incrédulité, la confusion, le découragement, la maladie, la dépression, la drogue, en recherche de votre véritable identité ou d’un besoin de délivrance j’annonce cette bonne nouvelle.

Certains, vous avez déjà marché avec Jésus et aujourd’hui vous vous retrouvez dans une impasse de ténèbres, vous avez perdu le chemin de la paix et vous êtes enfermé dans « Nazareth » avec le regard des voisins sur vous.

Jésus veut vous apporter la consolation, la guérison, opérer des miracles, vous revêtir de sa gloire, vous communiquer l’amour du Père, diriger vos pas dans le chemin de la paix. Il désire briller dans vos vies, dans nos vies grâce aux entrailles de miséricorde et de compassion de notre Dieu.

Jésus nous offre cette possibilité de briller dans nos vies, non pas pour nous donner un bronzage extérieur. Il désire briller et redonner la vie à nos cœurs, nos âmes, nos corps et que cela se reflète à l’extérieur. Il a choisi de même de venir briller dans cette région de Galilée.

La mort, les ténèbres représentent nos vies, chacune de nos vies avant que nous n’acceptions l’œuvre du soleil de justice dans nos vies, c’est-à-dire Jésus. La bonne nouvelle se tient en partie dans ce verset :

 Car le Fils de l’homme est venu sauver ce qui était perdu.       Matthieu 18 : 11

Christ jésus est venu pour sauver les pêcheurs, dont moi je suis le premier, nous dit l’apôtre Paul.                                                                           Timothée 1-15 

 La bonne nouvelle, la voici : Jésus n’est pas venu juger ou condamner mais plutôt sauver afin d’exercer et manifester «  les entrailles de miséricorde de notre Dieu »

  Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.

 Celui qui croit en lui (Jésus) n’est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et ce jugement c’est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises.                                              Jean : 3- 17 à 19

 Nazareth nous est donné comme exemple 

  Peut-être êtes-vous dans l’incrédulité, la confusion comme à Nazareth, si c’est le cas n’y demeurez pas. Comme Jésus sortons de Nazareth, de l’incrédulité, acceptons la lumière et sortons des ténèbres…

Demeurer signifie : avoir son habitation, être établi, s’asseoir dans une situation, et même être habité… par les ténèbres par exemple ou l’incrédulité.

Le mot ténèbres ici, vient du mot grec « Skotos ». Ce mot est utilisé pour parler de l’ignorance des choses divines, de l’impiété, de l’immoralité, et de  toute la misère qui en découle.

Ce mot désigne les personnes qui vivent dans l’obscurité, demeure et qui se  dirige vers  l’enfer, bien sûr. Ce nom signifie également : se tenir dans la méchanceté, la rébellion, la détresse, dans la tombe où le sépulcre.

« L’ombre de la mort »  ombre (skia) signifie : ombre causée par la capture de la lumière ou le vol de la lumière. Là où la lumière et la vie sont volées.

À cause de cela, la Galilée a mauvaise réputation ou mauvaise renommée :

Philippe rencontra Nathanaël et lui dit : nous avons trouvé celui de qui Moïse a écrit dans la loi dont les prophètes ont parlé, Jésus de Nazareth, fils de Joseph. Nathanaël lui dit : peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon ?                              Jean 1 : 45 et 46

 Nazareth est une ville de la Galilée. Peut-être que ces mêmes paroles ont été prononcées sur vos vies : « que peut-il sortir de bon de cet homme ou de cette femme, de cet enfant à cause de son héritage familial. »

Pourtant cette région du nord d’Israël se situe en terre promise. La population était mélangée sur le plan naturel et sur le plan spirituel, à cause des déportations et des invasions. Chacune de ces populations déportées, notamment celle Babylone apportaient ses croyances et ses faux dieux. Et c’est là, encore, que la reine Jézabel, épouse du roi Achab, a établi des autels à ses dieux, notamment à Baal. C’est pour cela que ce peuple marchait à cloche pied : Un pied pour l’Eternel, un pied pour Baal.

Cela signifie, aujourd’hui, pour nous : un pied dans le monde, un pied avec Jésus, cette situation est bien inconfortable.

Ces habitants de la Galilée étaient-il plus méchants que nous ou rejetaient-ils plus Dieu que d’autres ? Non, sûrement pas.

Ils étaient comme nous, sur le plan spirituel. Dieu nous demande de nous nourrir des fruits de l’arbre de vie : Jésus. Beaucoup le rejettent et préfèrent manger des fruits de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, l’arbre de l’indépendance et de la rébellion.

La situation des habitants décrite dans ces versets et qui nous concerne ressemble beaucoup à :

Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies.                                                                                          Romains 5 : 6

« Sans force », ici, tire sa racine d’un mot grec « asthenes ou asthenace » » d’où vient le mot « asthénie ». Sans force, le mot employé dans ce contexte signifie : n’avoir  aucune ressource, se sentir complètement impuissant, démuni, faible face au mal, à la mort, à la maladie, à la pauvreté, à la malédiction. Nous étions ainsi quand Jésus est venu dans ce monde nous annoncer la bonne nouvelle du royaume,  c’est-à-dire mourir pour nous, ressusciter pour nous.

C’est pourtant dans cette région, en Galilée, que Jésus va opérer le plus grand nombre de ses miracles : nourrir 5000 hommes avec cinq pains et deux poissons et les 4000 hommes ensuite, il va changer l’eau en vin lors des noces de cana. C’est aussi dans cette région qu’il apaise la tempête,  qu’il guérit des aveugles, le paralytique et la femme à la perte de sang,  et qu’il ressuscite la fille du responsable de la synagogue de Capernaüm.

Il guérit même le serviteur d’un centenier romain, c’est-à-dire un ennemi  et occupant d’Israël. C’est là également qu’il  redonne la vie au fils de la veuve de Naïm.

Jésus quitta ces lieux, et vint près de la mer de Galilée. Etant monté sur la montagne, il s’y assit. Alors s’approcha de lui une grande foule, ayant avec elle des boiteux, des aveugles, des muets, des estropiés, et beaucoup d’autres malades. On les mit à ses pieds, et il les guérit ; En sorte que la foule était dans l’admiration de voir que les muets parlaient, que les estropiés étaient guéris, que les boiteux marchaient, que les aveugles voyaient ; et elle glorifiait le Dieu d’Israël.                                                                                           Matthieu 15 : 29 à 31

 C’est en Galilée qu’il est apparu transfiguré devant Pierre, Jacques et Jean. C’est dans cette région également qu’il a donné rendez-vous à ses disciples, pour leur donner la preuve de sa résurrection. C’est là également qu’il a rétabli Pierre après son triple reniement pour donner la preuve qu’il guérissait les cœurs brisés. Dans cette région il a choisi le plus grand nombre de ses disciples.

Car là où le péché a abondé, la grâce surabonde.

En Galilée, il a commencé à proclamer : Repentez-vous car le royaume de Dieu est proche.

Ce peuple galiléen était dans la mort spirituelle.

 Nous qui étions morts par nos offenses, (Dieu) nous a rendus vivants avec Christ. C’est par grâce que vous êtes sauvés.                                    Ephésiens 2 -5

Voilà ce que nous étions avant de naître de nouveau… Il nous a rendu à la vie « rendre à la vie » signifie « rendre vivant éternellement».

C’est pourtant au milieu de cette population ignorante des choses de Dieu, voire même hostile, que Jésus va demeurer pendant 30 ans. Cela avait été prophétisé dans les Ecritures : il sera appelé Nazaréen et  s’accorde avec le passage de l’Ancien Testament où Jésus est annoncé comme étant le germe ou le rejeton. Nazareth signifie  également : germe, rejeton.

Bien sûr, aujourd’hui il est beaucoup plus que cela : Il est le Lion de la tribu de Juda, le chemin, la vérité et la vie, le pain de vie descendu du ciel, la résurrection, celui qui guérit, qui sauve. Il est la gloire manifestée du Père.

Pourtant, pour vous, peut-être, est-il encore le germe, le petit Jésus de la crèche ? Peut-être ne le connaissez-vous-même pas. Certaines églises le présentent encore ainsi.

Il n’y pas de condamnation pour vous qui êtes dans l’une ou l’autre de ces situations : Jésus veut se révéler à vous et vous demande de vous lever en passant par la repentance afin de sortir de l’ombre de la mort et des ténèbres.

C’est dans cette région de l’ombre de la mort, là où la population se tient assise dans les ténèbres que Jésus commence son ministère, pourtant ce peuple habite la terre promise.

La conclusion que nous en tirons est la suivante : même si nous sommes nés dans une famille chrétienne, enseignés dans une religion et nous fréquentons une église tous les dimanches, malgré cela nous pouvons nous nous tenons dans  les ténèbres et dans l’ombre de la mort.

Quand le maître de la maison se sera levé et aura fermé la porte, et que vous, étant dehors, vous commencerez à frapper à la porte, en disant : Seigneur, Seigneur, ouvre–nous ! il vous répondra : Je ne sais d’où vous êtes. Alors vous vous mettrez à dire : Nous avons mangé et bu devant toi, et tu as enseigné dans nos rues. Et il répondra : Je vous le dis, je ne sais d’où vous êtes ; retirez–vous de moi, vous tous, ouvriers d’iniquité.                                   Luc 13 : 25 à 27

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s