Comment Jésus va-t-il opérer le miracle de l’eau changée en vin ?

 Or, il y avait là six vases de pierre, destinés aux purifications des Juifs, et contenant chacun deux ou trois mesures. Jésus leur dit : Remplissez d’eau ces vases. Et ils les remplirent jusqu’au bord.                                                                                                                     Jean 2 : 6 et 7

Jésus n’a pas demandé de remplir des fûts à vin, mais des vases de purification c’est-à-dire d’un usage vil. En rentrant du marché, par exemple les juifs avaient comme règle de se laver les mains et les pieds. Pourquoi Jésus choisit ses vases de l’usage vil ?

Jésus rappelle l’enseignement donné : On ne met pas non plus du vin nouveau dans de vieilles outres, autrement, les outres se rompent, le vin se répand et les outres sont perdues, mais on met le vin nouveau dans des outres neuves, et l’ensemble se conserve. 

                                                                                                                                            Matthieu 9 : 17

                                                                 

Avant de changer l’eau en vin, Jésus opère un premier miracle qui doit nous interpeller. Il néglige les vieilles outres et transforme des vases de purification en outres neuves. Avec l’eau qui symbolise sa parole dont les vases sont remplis jusqu’au bord. Relevons au passage le travail et la foi des serviteurs qui puisent 600 l d’eau dans un puits avec un seau. Aujourd’hui il nous suffit d’ouvrir un robinet et d’attendre que les récipients se remplissent. Les serviteurs ont été les acteurs de ce miracle. Jésus leur demande également de porter cette eau changée en vin à l’ordonnateur des noces, les serviteurs savaient d’où venait ce vin.

Puisez maintenant, leur dit-il, et apportez-en à l’ordonnateur du repas. Et ils lui en apportèrent. Quand l’ordonnateur du repas eut goûté l’eau changée en vin, ne sachant d’où venait ce vin, tandis que les serviteurs, qui avaient puisé l’eau, le savaient bien,  il appela l’époux.                                                                                                                    Jean 2 : 8 et 9

 

À quel moment des festivités le vin a-t-il manqué ?

 

Selon la coutume de l’époque les festivités des noces duraient sept jours. Les invités se réjouissaient pendant les six premiers jours. Pendant ce temps l’époux tenait son épouse cachée dans leur chambre. Il demeurait dans leur chambre. L’ami de l’époux veillait à ce que personne ne vienne les déranger. Le septième jour l’époux sortait de la chambre accompagnée de son épouse et la présentait aux invités. Le verset neuf ci-dessus nous dit : il (l’ordonnateur) appela l’époux. Il est parfaitement possible d’en conclure qu’ils ont manqué de vin le dernier jour du banquet des noces. Ils n’avaient plus que de l’eau plate à offrir à leurs invités. Quels souvenirs les invités risquaient-ils de conserver de ce mariage ? Celui au cours duquel ils ont bu de l’eau pour terminer. Ainsi nous apprécions mieux l’importance et la signification du miracle des noces de Cana. Si nous nous contentons d’avoir Jésus comme un simple invité ou comme passager dans notre voiture. Certes nous nous réjouirons, cette joie sera de courte durée. Si nous permettons à Jésus d’être le conducteur de notre voiture et nous le passager, c’est à dire le premier dans nos vies, il manifestera sa gloire, nous aurons la vie en abondance, la zoé telle que Jésus le dit : moi, je suis venu afin que mes brebis aient la vie, et qu’elles l’aient en abondance.

                                                                                                                                                  Jean 10:10b

Maintenant nous allons appliquer dans la vie d’un couple : le manque de vin et le miracle de Jésus à Cana

 

Nous allons développer deux possibilités  ou deux étapes dans la vie d’un couple. Comme dans le déroulement des noces de Cana il peut y avoir deux étapes dans la vie d’un couple. De même nous prendrons exemple d’un couple qui démarre la vie conjugale en suivant le modèle biblique.

-La vie d’un couple sans Jésus ou avec Jésus comme simple invité.

Comme le couple de Cana qui s’engage dans le mariage selon les coutumes du pays. Il se confie dans un « ordonnateur » selon la tradition, un spécialiste, ce peut-être la mode du moment, les conseils des uns et des autres. Nous allons prendre l’exemple d’un couple qui se donne comme objectif à atteindre, un couple qu’il admire. Par exemple le couple que nous allons nommer « guide » achète une maison, alors notre couple projette aussi de devenir propriétaire de sa maison. Le couple « guide » à trois enfants, notre couple dit : nous aussi nous aurons trois enfants. Notre couple admiratif essaie d’entretenir une relation intime avec ce couple « guide » autrement dit, il se met sous la dépendance. Seulement notre couple oublie ou n’a pas découvert que chaque couple peut être comparé à un champ. Que Dieu, l’auteur du mariage nous donne à défricher et à faire fructifier. Pour cela il est nécessaire d’y apporter des soins d’entretien appropriés à la nature des terrains, des soins différents chaque jour et même d’innover en créativité. Notre couple, au bout de quelque temps, va remarquer que l’herbe dans le champ du couple « guide » semble plus verte que chez eux. Alors notre couple va commencer à se décourager. C’est normal puisque chaque terrain constituant de base de ce couple est différent dans sa nature. Nous sommes différents avec des origines différentes, ainsi que notre personnalité, notre caractère, notre éducation. Nous avons également des goûts et des dons différents.

Bien sûr ce couple s’aime, un feu brûle dans leurs foyers. Le vin coule ou la joie d’être ensemble se manifeste l’un envers l’autre. Mais c’est un vin naturel qui s’épuise malgré nos prévisions. Même ce vin peut se transformer en vinaigre. La vie de ce couple devient de la routine, il n’a plus que de l’eau plate à boire. De l’eau tirée d’un puits, c’est-à-dire avec beaucoup d’efforts humains, charnels. Dans cette situation le feu de ce couple s’éteint, bien sûr il peut essayer de l’entretenir avec des artifices charnels. Cette situation risque de conduire à la déception ou à entraîner l’un des conjoints dans le doute et l’entraîner dans ce genre de réflexion : peut-être que je n’ai pas épousé la bonne personne…

 

Pourquoi ce couple en est il arrivé à cette situation ?

 

Ce couple a pris l’habitude de recevoir et de vivre des élans d’admiration envers le couple « guide» il vit au niveau de l’âme, de l’émotionnel. Il ne donne jamais, d’ailleurs il n’a rien à donner.

Oh bien sûr ce couple est chrétien ou se dit chrétien, mais il n’a jamais demandé à Jésus d’être leur modèle, ni de recevoir des conseils de sa Parole. Il n’a pas de vrai relation avec Jésus, ni avec le Saint Esprit, ni avec l’auteur du mariage : le Père

Ce couple est-il condamné à rester dans cette situation végétative, avec de l’eau plate  comme seule ressource ? Non

-Quelle est  la solution  afin de sortir de cette situation ?

Se tourner vers Jésus et entrer dans l’intercession. Souvenons-nous de l’intercession de la mère de Jésus aux noces de Cana : « ils n’ont plus de vin » Jésus attend cela depuis longtemps. Jésus nous apprend que l’intercession peut se manifester sous plusieurs formes : Et moi, je vous dis : Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe.                                                                     Luc 11 : 9 et 10

Jésus est toujours prêt à accorder sa miséricorde, sa grâce à ceux qui se repentent. Mais il ne se contente pas de se voir offrir une place d’honneur dans le salon, tout en le faisant cohabiter avec la télévision et les solutions qu’elle propose. Quand notre couple rentre dans cette étape cœur, c’est-à-dire donne la première place à Jésus, ce qui lui permet de libérer  le miracle de Cana : l’eau transformée en vin, non pas en vin naturel, en vin nouveau de l’Esprit. Cela demande deux exigences.

-Devenir une outre neuve

– Etre rempli d’eau jusqu’au bord : et il les remplir jusqu’au bord. Quand nous agissons ainsi, nous donnons à Jésus la possibilité de manifester sa gloire et notre foi augmentent : Tel fut, à Cana en Galilée, le premier des miracles que fit Jésus. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.                                                                           Jean : 2 : 11

 

Que représente l’eau ? La Parole de Dieu, l’eau symbolise la Parole de Dieu. Bien sûr il faudra prendre le temps de puiser chaque jour, dans la Parole, afin de renouveler et de recevoir l’eau fraîche de la révélation par le Saint-Esprit. Ce verset se résume ainsi : À partir de ce moment-là, l’eau de la parole avec le Saint Esprit va devenir le vin des noces de Cana.

Le vin réjouit le cœur de l’homme nous dit la Bible. Psaumes 104:15. Le vin naturel est à consommer modérément, sans limite dans le spirituel.

Le vin réjouit c’est-à-dire qu’il fait bouger nos limites, il nous fait sortir de nos habitudes, nos scléroses, du religieux ou du traditionnel. Les liens tombent et le feu se réactive. Cette fois-ci il s’agit du feu du Saint Esprit. Regardons les 120 le jour de la Pentecôte à Jérusalem : Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. Ils étaient tous dans l’étonnement, et, ne sachant que penser, ils se disaient les uns aux autres : Que veut dire ceci ?  Mais d’autres se moquaient, et disaient : Ils sont pleins de vin doux. Ces gens ne sont pas ivres, comme vous le supposez, car c’est la troisième heure du jour. Mais c’est ici ce qui a été dit par le prophète Joël : Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair.                                                                                     Actes 2 : 3 : 12 et 13:15 à 17a

Avec Jésus, si notre couple continu dans cette voie, 600 l de vin le dernier jour des festivités, vivra la vie en abondance promise.

Il va s’exclamer : Il m’a fait entrer dans la maison du vin ; et la bannière qu’il déploie sur moi, c‘est l‘amour.                                                                                 Cantiques des cantiques 2 : 4

Notre couple va enfin répondre à l’invitation de Jésus : Puisez maintenant, leur dit-il, et apportez-en à l’ordonnateur du repas. Et ils lui en apportèrent.                               Jean 2 : 8

Il est possible de paraphraser ce verset par : puisez et faîtes goûter. Oui le vin de Cana nous est donné pour le partager, le faire goûter. Ce verset se résume ainsi : faites goûter, oui le vin de cana nous est donné pour le faire goûter, partager. Notre couple apprendra à ne plus se cantonner dans le recevoir, il va apprendre à donner. Le vin nouveau va couler vers l’extérieur comme un fleuve, pour l’extension du royaume.

Cantiques des cantiques : Dès le matin nous irons aux vignes, Nous verrons si la vigne pousse, si la fleur s’ouvre, Si les grenadiers fleurissent. Là je te donnerai mon amour.

 Les mandragores répandent leur parfum, et nous avons à nos portes tous les meilleurs fruits, nouveaux et anciens : mon bien–aimé, je les ai gardés pour toi.

                                                                                                       Cantique des cantiques   7 : 12 à 14

 

    Notre couple va devenir une fontaine scellée pour Jésus, un lieu de repos pour lui :

Tu es un jardin fermé, ma sœur, ma fiancée, Une source fermée, une fontaine scellée. Tes jets forment un jardin, où sont des grenadiers, Avec les fruits les plus excellents, Les troënes avec le nard ; le nard et le safran, le roseau aromatique et le cinnamome, Avec tous les arbres qui donnent l’encens ; La myrrhe et l’aloès, Avec tous les principaux aromates ; une fontaine des jardins, une source d’eaux vives, des ruisseaux du Liban.

                                                                                                         Cantique des cantiques 4 : 12 à 15

 

Dans le naturel nous utilisons tous un ordinateur. De temps en temps les logiciels que nous installons nous proposent des mises à jour, de même pour Windows, certaines sont absolument nécessaires pour en assurer la sécurité.

Il en est de même de notre couple qui aura besoin de mises à jour régulières. C’est à nous d’en prendre l’initiative. Nous somme toujours dans l’exemple du couple s’est retrouvé limité avec de l’eau plate. De même nous aurons besoin de combler les fissures de nos fondations, de guérir les blessures émotionnelles ou des manques qui viennent de l’enfance. Egalement rechercher la guérison des carences paternelles et maternelles.

Les conjoints de ce couple auront un regard restauré l’un sur l’autre, comme un rêve qui se manifestera tel un réveil du premier amour. L’épouse entendra de la bouche de son époux des paroles comme celle-ci :

Que tu es belle, mon amie, que tu es belle ! Tes yeux sont des colombes, derrière ton voile. Tes cheveux sont comme un troupeau de chèvres, suspendues aux flancs de la montagne de Galaad. Tes dents sont comme un troupeau de brebis tondues, qui remontent de l’abreuvoir ; toutes portent des jumeaux, aucune d’elles n’est stérile. Tes lèvres sont comme un fil cramoisi, Et ta bouche est charmante ; Ta joue est comme une moitié de grenade, derrière ton voile. Ton cou est comme la tour de David, bâtie pour être un arsenal ; mille boucliers y sont suspendus, tous les boucliers des héros. Tes deux seins sont comme deux faons, comme les jumeaux d’une gazelle, qui paissent au milieu des lis.  

                                                                                                             Cantique des cantiques  4 : 1 à 5

De la bouche de l’épouse sortiront ces paroles à l’adresse de son époux : Mon bien–aimé est à moi, et je suis à lui. Mon bien–aimé est blanc et vermeil ; Il se distingue entre dix mille. Sa tête est de l’or pur ; Ses boucles sont flottantes, Noires comme le corbeau. Ses yeux sont comme des colombes au bord des ruisseaux, Se baignant dans le lait, Reposant au sein de l’abondance.                                         Cantiques des cantiques 2 : 16a et 5 : 10 à 12

 

Malgré tout le vin nouveau et son œuvre dans nos vies, il y aura encore des incompréhensions et même des conflits qu’il faudra apprendre à résoudre paisiblement. Nous n’atteindrons jamais la perfection sur cette terre, d’ailleurs ce n’est pas dans l’objectif de notre Dieu.

Quand nous donnons la première place à Jésus il ne s’installe jamais comme un chef. Il dit : Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez le repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.

                                                                                                                                 Matthieu 11:28 à 30                                                      

Jésus nous désire coparticipants à son œuvre dans chacun de nos mariages. Malgré cela il nous arrivera sûrement encore de passer devant Jésus et d’être comme Pierre découragé après une nuit de pêche infructueuse. Notre arme, à moment- là pour repartir sera la foi dans la Parole de Jésus : Simon lui répondit : Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre. Mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. L’ayant fait, ils prirent une grande quantité de poissons : leurs filets se déchiraient.    Luc 5 : 5 et 6

 

Maintenant prenons l’exemple d’un futur couple qui se prépare afin de vivre cette étape dans leur vie. Sans Jésus nous pouvons parler d’aventure. Quand Jésus marche devant nous l’aventure n’existe pas.

Il n’existe pas de diplôme nous déclarant apte à fonder une famille. Toutefois la Bible dit à ceux ou celles qui désire construire de s’asseoir avant de commencer : Car, lequel de vous, s’il veut bâtir une tour, ne s’assied d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer.                                                                                                                   Luc : 14 : 28

Ce verset est très riche, nous y trouvons cinq verbes d’action. Nous en retiendrons deux :

-Bâtir

-S’asseoir.

L’édification d’un mariage a beaucoup plus d’importance que la construction d’une tour. La construction de la tour demande quelques années de travail, l’édification d’un couple durera toute la vie des époux, avec diverses phases. Nous remarquons que la tour a besoin de solides fondations pour résister dans le temps, même en cas de tremblements de terre. Combien plus cela est encore plus important pour qu’un mariage résiste face aux tremblements spirituels qui viennent de la part du monde des ténèbres.

Bâtir vient d’un mot grec : oikodomeo qui signifie : bâtir, s’édifier, bâtir la fondation, remettre en état, rebâtir, réparer, encourager la croissance dans la sagesse chrétienne, l’affection, la vertu, la sainteté, la bénédiction, croître dans la sagesse.

Nous constatons que l’ensemble de ces définitions conviennent parfaitement pour réussir un mariage.

S’asseoir vient d’un mot grec : kathezomai qui signifie : être assis, siéger, dans le but de devenir ferme, inébranlable, constant, solide. Ces définitions sont absolument nécessaires afin de préparer son mariage.

Ce mot  khatezomai est aussi bien employer, dans la Bible, avec la personne qui s’assoit pour être enseigner ou la personne qui s’assoit afin d’enseigner. Oui c’est vrai nous avons besoin de nous asseoir pour être enseigné ou que des personnes s’assoient afin de nous enseigner. Nous en citons quelques exemples concernant Jésus que nous trouvons dans les deux situations : écoutant en posant des questions et enseignant ensuite.

 

Au bout de trois jours, ils le (Jésus) trouvèrent dans le temple, assis (kathezomai) au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant.                                                     Luc 2 : 46

Voyant la foule, Jésus monta sur la montagne ; et, après qu’il se fut assis (kathezomai), ses disciples s’approchèrent de lui. Puis, ayant ouvert la bouche, il les enseigna, et dit :

                                                                                                                                       Matthieu 5 : 1 et 2

En ce moment, Jésus dit à la foule : Vous êtes venus, comme après un brigand, avec des épées et des bâtons, pour vous emparer de moi. J’étais tous les jours assis (kathezomai) parmi vous, enseignant dans le temple, et vous ne m’avez pas saisi.             Matthieu 26 : 55

Elle avait une sœur, nommée Marie, qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.

 

 

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s