Qu’est-ce l’échange divin

Il peut être résumé de la manière suivante : Dieu prit tout le mauvais de nos vies et celui qui nous était destiné à cause de nos péchés et de notre nature pécheresse et le mit sur Jésus. Dieu prit tout le bien, qui était destiné à la vie d’obéissance irréprochable de son Fils et il nous l’offre gratuitement lorsque nous mettons notre foi en celui-ci.

1- Jésus prit sur lui notre châtiment, il nous offrit la rémission de nos péchés.

 Il faut distinguer la rémission du pardon.

-Le pardon : lorsque qu’une personne nous pardonne, elle « oublie » les torts que nous lui avons causés, mais ils   restent inscrits dans sa mémoire, dans notre mémoire.

-La rémission : lorsque le péché est remis, toute évidence de son existence est totalement effacée : Dieu oublie. La rémission nous est donnée par le sang de Jésus qui efface nos péchés.

 

2-Jésus a pris nos maladies et nos souffrances, et nous donne en échange guérison et santé

 Lui qui a porté nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts à nos péchés nous vivions pour la justice : lui par les meurtrissures duquel nous sommes guéris.                                                                                         1 Pierre 2  – 24

Dieu a pris les malédictions de nos vies, la souffrance et la maladie, pour les placer sur Jésus. En échange, il nous offre la bénédiction, la guérison et la santé. Car Dieu veut que nous restions en bonne santé et c’est dans sa nature de guérir les malades.

3-Jésus a enlevé nos péchés pour nous offrir sa justice

 

Le jour du Grand pardon ou de la fête de l’expiation,  le souverain sacrificateur utilisait deux boucs.

-Le premier bouc était sacrifié et son sang était répandu dans le lieu très saint par le souverain sacrificateur qui aspergeait le propitiatoire (lieu ou Dieu nous est favorable) afin d’obtenir le pardon des péchés.

-Sur le deuxième, le souverain sacrificateur imposait ses mains pour lui transmettre les péchés du peuple.

Ensuite, ce bouc était envoyé mourir dans le désert, emportant les péchés loin de la face de Dieu. Cet acte symbolise l’œuvre de Jésus sur la croix qui a  été fait péché pour nous. Il meure en dehors des remparts de la ville de Jérusalem

Retenons bien que la justice de Dieu se manifeste par le don volontaire de la part de Jésus. Puis, Dieu nous accorde toute sa justice, celle que Jésus nous a obtenue. Si nous le croyons et l’acceptons, nous ne serons jamais plus justes que maintenant.

4-Jésus nous offre sa vie en échange de notre mort

 

 Car le salaire du péché c’est la mort mais le don gratuit de Dieu c’est la vie éternelle en Jésus-Christ, notre Seigneur.                                          Romains 6 – 23

 -Qu’est-ce que la mort ?

 Elle est d’abord spirituelle avant d’être physique. La mort spirituelle consiste à être séparé de Dieu éternellement et ne pas avoir la vie de Dieu en nous maintenant.

-Qu’est-ce que la vie ? C’est avoir la vie éternelle, c’est-à-dire la vie de Dieu en nous dès aujourd’hui et pour toujours. Elle se nomme « zoé» lorsque nous acceptons Jésus dans notre vie. La vie de Dieu nous est transmise dans notre esprit.  Notre esprit est ramené à la vie par la véritable vie de Dieu.

5- Jésus prit notre pauvreté pour nous offrir son abondance

À la croix, Jésus a touché toutes nos situations humaines. Jésus a pris sur lui notre pauvreté. Voici une définition de la pauvreté :

 Tu  serviras, au milieu de la faim, de la soif, de la nudité et la disette de toutes choses, tes ennemis que l’Eternel enverra contre toi. Il mettra un joug de fer sur ton cou, jusqu’à ce qu’il t’ait détruit.                               Deutéronome 28 : 48

 Selon ce verset, la pauvreté se définit en quatre points :

1-la faim

-2 la soif

-3 la nudité

-4 le manque absolu

Toute personne qui connaît ces 4 points est d’une pauvreté absolue.

Ceci est l’œuvre complète de Jésus sur la croix. Il a pris notre pauvreté afin que nous recevions l’abondance. Nous précisons que Jésus n’a pas prit seulement notre pauvreté morale, financière ou naturel, mais également notre pauvreté spirituel.

À la croix, Jésus a connu la faim, la soif, la nudité, le manque absolu. Il a abandonné toutes les richesses de son Père pour lui obéir jusqu’à la croix. Maintenant notre devoir, c’est d’utiliser l’abondance de Dieu pour enrichir le monde.

 

5-Jésus nous offre de partager sa gloire en échange de notre honte

 

Ayant les regards sur Jésus, qui suscite la foi et la mène à la perfection, en échange de la joie qui lui était réservée, il a souffert la croix, méprisé l’ignominie (ou la honte) , et c’est assis à la droite du trône de Dieu.

                                                                                                                   Hébreux 12-2

Jésus, sur la croix, n’est pas venu seulement à la rencontre de nos problèmes spirituels, physiques et matériels, mais également de nos peines émotionnelles.

La honte est une des émotions qui affecte l’humanité. La honte représente la souffrance que Jésus a connu, lorsqu’il était cloué nu sur la croix.

 

6-Jésus prit notre rejet et Dieu nous accepte dans sa famille

 

 Et vers la neuvième heure, Jésus s’écria d’une voie forte : Eli, Eli lamas sabachtani ? C’est-à-dire : mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné?

                                                                                                                   Matthieu 27 : 46

Auparavant, jamais Jésus n’avait appelé son Père « DIEU ». D’habitude, il l’appelait toujours son

 

Père. Jésus s’est senti abandonné par lui.

 

Qu’est ce que la honte ?

 

La honte, c’est un sentiment d’inutilité, d’indignité.

Grâce à l’esprit d’adoption, maintenant nous avons le privilège de pouvoir appeler Dieu : « Père » « Abba »

Et vous n’avez pas reçu un esprit de servitude pour être encore dans la crainte, mais vous avez reçu un esprit d’adoption, par lequel nous crions : « Abba ! Père ! »                                                                                             Romains 8-15

 

7-Jésus prit la malédiction, il nous offre sa bénédiction

 

Christ nous a racheté de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous, car il est écrit : maudit est quiconque est pendu au bois. Afin que la bénédiction d’Abraham ait pour les païens son accomplissement en Jésus-Christ, et que nous recevions par la foi l’Esprit qui avait été promis

                                                                                                              Galates 3- 13 et 14

 

Les grandes lignes de la bénédiction sont contenues dans Deutéronome 28 : 2 à 14 qui nous donne la victoire, l’abondance, la fécondité et la faveur de Dieu. La faveur de Dieu représente l’intérêt que Dieu porte pour les choses les plus petites de nos vies. La bénédiction de Dieu dans nos vies résulte de ses promesses et de l’obéissance à sa parole.

Les grandes lignes des malédictions son contenues dans Deutéronome 28 : 15 à 68. Toutes résultent de la désobéissance à la parole de Dieu.

Sur la croix, Jésus a pris toutes ces malédictions sur lui afin de nous offrir sa bénédiction.

 

8- Jésus a repris la clé du séjour des morts

 

Je suis le premier et le dernier, et le vivant. J’étais mort ; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clés de la mort et du séjour des morts.

                                                                                                                Apocalypse 1 : 18

 

9- Jésus a abandonné sa situation de Fils pour que nous devenions fils et fille adoptifs.

 

 Existant en forme de Dieu, n’a point regardé son égalité avec Dieu comme une proie à arracher, mais il s’est dépouillé lui–même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et il a paru comme un vrai homme, il s’est humilié lui–même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix.                                                            Philippiens 2 : 6 à 8

 

10- Jésus nous donne le seul nom qui nous sauve.

 

Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.

                                                                                                                               Actes 4 : 1

 

Car (Jésus-Christ) il s’est donné lui-même, en rançon pour tous

                                                                                                                1 Timothée 2 : 6a                                                                                                                                                                                          

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              Afin que chacun d’entre  nous retrouvions la vraie liberté,  accordée à ceux et celles qui acceptent l’œuvre de Jésus accomplie sur la croix. Car Jésus nous laisse libre de le suivre, de l’aimer et de le servir en annonçant la bonne nouvelle du royaume de Dieu.

Le mot « Rédemption » était utilisé sur le marché des esclaves – l’idée de base signifie : être relâché par le paiement d’une rançon.

Quelqu’un a payé le prix de votre rachat…                  1 Corinthiens 7:23 (TOB)

Dieu nous a « acheté » sur le marché spirituel et éternel, car nous étions à vendre sur le marché de l’esclavage, du péché. Alors posons-nous la question : combien valons-nous, chacun d’entre-nous, pour Jésus ?

Nous ne valons pas ce que nous pensons. Nous valons le prix le plus élevé qu’un acheteur est prêt à payer. Dieu a estimé chacune de nos vies au plus haut prix, et ce prix a été payé à la Croix. Dieu a regardé dans l’éternité et a dit : « Je prends celui-ci ou celle-là, même si le prix est très « élevé ».

Notre valeur est établie une fois pour toute et nul ne pourra  jamais  la changer. Dieu est allé jusqu’à  l’offre ultime  et a payé le prix le plus élevé : la valeur de la vie de son Fils Jésus offerte en sacrifice.

Vous savez que ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache.                                                            1 Pierre 1 : 18 et 19

 

La relation avec Dieu est rétablie 

 

La racine du péché et le résultat du péché nous entraînent dans une relation brisée avec Dieu. L’œuvre de la croix restaure cette relation et nous offre le privilège de devenir enfant de Dieu.

 Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la réconciliation. 

                                                                                                           2 Corinthiens 5 : 19

En conclusion, nous pouvons dire : Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voies, et l’éternel a fait tomber sur lui l’iniquité de nous tous ».                                                                             Esaie 53 : 6 

 Il (Jésus) est mort pour nous et pour moi. Et maintenant la justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ est pour tous ceux qui croient. Il n’y a point de distinction.

                                                                                                                      Galates 2 : 20

 Comme Paul, maintenant je peux dire : seul Christ crucifié m’intéresse et ressuscité bien sûr. Si Jésus était mort de vieillesse, il n’aurait aucun intérêt pour moi.

 La manière dont nous allons quitter cette terre intéresse et préoccupe Dieu sûrement plus que notre arrivée (bien qu’elle soit voulue par lui). De l’attitude que nous avons face au sacrifice de Jésus dépend  notre avenir éternel, notre destinée éternelle.

Pendant des siècles, les hommes ont sacrifié des agneaux ou d’autres animaux pour obtenir le pardon des péchés mais le sang des animaux couvrait seulement les péchés, il ne les effaçait pas : le souvenir et la culpabilité étaient toujours là.

 Mais le souvenir des péchés est renouvelé chaque année par ces sacrifices ; car il est impossible que le sang des taureaux et des boucs ôte les péchés.

                                                                                                              Hébreux 10- 3 et 4 

Jésus est devenu, par son sang (le sang d’un juste), l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde. Donc le mien, le vôtre, si je le crois et que je demande pardon. Le sacrifice de Jésus est parfait et éternel :

Et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle.                                                                                                       Hébreux 9-12

 

Changement d’Epoux, changement d’alliance

 

 Ignorez-vous, frères, – car je parle à des gens qui connaissent la loi– que la loi exerce son pouvoir sur l’homme aussi longtemps qu’il vit ?

 Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu’il est vivant ; mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari.

 Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d’un autre homme, elle sera appelée adultère ; mais si le mari meurt, elle est affranchie de la loi, de sorte qu’elle n’est point adultère en devenant la femme d’un autre.

                                                                                                                 Romains 7 : 1 à 3 

Sur le plan spirituel, Dieu nous a donné sa loi et nous demande de nous y soumettre. Cette loi, jusqu’à la venue de Jésus, tenait le rôle d’un époux sur nos vies. Chaque fois que nous désobéissions à cette loi, nous nous retrouvions en état d’adultère sur le plan spirituel, comme une épouse trompe ou commet l’adultère vis-à-vis de son mari dans le naturel.

 

Cette image de l’épouse liée à son mari tant qu’il est vivant représentait vraiment notre situation avant l’œuvre de Jésus accomplie sur la croix.

Colossiens 2-14 : nous dit que Jésus :

Il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a éliminé en le clouant à la croix ; il a mis à mort ce document accusateur en le clouant à la croix.                                 Colossiens 2-14

Le document accusateur nous parle de la loi qui nous accusait à chaque désobéissance ou adultère. Jésus l’a effacé ou rendu impuissant en le clouant à la croix. Cette œuvre de Jésus symbolise l’alliance d’un mariage annulé par la mort de l’époux.

Maintenant, nous nous retrouvons comme l’épouse qui est déliée de l’engagement avec son mari, par sa mort. Une deuxième étape doit se réaliser : notre propre mort. La mort de Jésus symbolise la mort de l’époux, c’est-à-dire la libération de la loi. En acceptant Christ dans notre vie, nous sommes ensevelis avec lui dans la mort par le baptême et nous ressuscitons en nouveauté de vie.

 

 Sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit réduit à l’impuissance, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché ; car celui qui est mort est libre du péché. Sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus ; la mort n’a plus de pouvoir sur lui.

                                                                                                            Romains 6 : 7 et 9

De même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu.

                                                                                                                      Romains 7 : 4

Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un Esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli.                                           Romains 7 :6

Car je suis jaloux de vous d’une jalousie de Dieu, parce que je vous ai fiancés à un seul époux, pour vous présenter à Christ comme une vierge pure.

                                                                                                          2 Corinthiens 11 : 2

Maintenant, nous sommes libres de choisir Christ comme notre Epoux sans craindre de devenir adultère.

Afin de confirmer cette possibilité de changement d’époux, Jésus devait établir une nouvelle alliance.

Mais maintenant il a obtenu un ministère d’autant supérieur qu’il est le médiateur d’une alliance plus excellente, qui a été établie sur de meilleures promesses.

En effet, si la première alliance avait été sans défaut, il n’aurait pas été question de la remplacer par une seconde.                                Hébreux 8 : 6 et 7  

 

 

 

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s