Jésus est mort ET ressuscité ! ALLELUIA !

 

Par Elisabeth Dugas

Trois arbres, trois histoires, trois témoignages… ALLELUIA !

Il était une fois trois arbres au sommet d’une colline. Ils étaient comme trois frères, ils ne se rappelaient même plus depuis combien de temps ils étaient là ensemble. Ils avaient chacun un rêve. Le premier voulait être un splendide coffre sculpté avec de belles ferrures, comme ceux des pirates, il aurait contenu des pièces d’or, des pierres précieuses, des bijoux … Le deuxième avait envie de voyager. Il se voyait déjà transformé en magnifique trois-mâts. Il aurait fait le tour de la terre, visité des contrées nouvelles et rencontré toutes sortes de gens … Le troisième était beaucoup plus casanier. Il souhaitait juste rester là où il était né, en haut de la colline, et devenir peu à peu le plus bel arbre de la forêt, celui qu’on pourrait admirer de loin. Un jour le bûcheron est arrivé, il a coupé le premier arbre, l’a débité et il est parti. Les deux autres se sont regardés en se demandant ce qu’il allait faire de leur ami. L’homme a porté le bois à la scierie et en a rapporté des planches. Un jour un paysan est venu chez le menuisier, il a commandé une mangeoire pour ses animaux. Quelle déception pour le premier arbre. Des planches à peine équarries et même pas sculptées, assemblées grossièrement et le comble : juste pour y mettre du foin ! Le bucheron est revenu quelques années plus tard. Il a abattu le deuxième arbre. Le troisième, un peu triste de se retrouver seul, était quand même soulagé de ne pas avoir été choisi. Le bucheron a porté son bois à la scierie. Il a été transformé en grandes planches bien épaisses. Un jour un pêcheur est venu commander une nouvelle barque au menuisier. C’était bien un bateau, mais ce n’était pas le magnifique vaisseau de ses rêves, loin de là même … Le troisième arbre à continué de grandir et de se fortifier. Il se sentait bien en haut de sa colline et commençait à croire que le bûcheron l’avait oublié. Mais…un beau jour, par une belle journée ensoleillée qui avait pourtant si bien commencé, un homme est monté, pas le même, peut-être son fils. Armé de la fatidique hache il a abattu le troisième arbre, après l’avoir à peine regardé : « N’importe lequel fera l’affaire ! » Terriblement vexé et déçu, il a été transformé en chevron puis oublié dans un coin… Un jour un homme et une femme marchaient. Ils étaient bien fatigués après une longue journée sur des routes poussiéreuses sous un soleil de plomb. La femme se sentait mal car elle était sur le point d’accoucher. Ils avaient cherché à se loger mais il ne restait pas de place pour eux. Ils ont fini par être « accueillis » dans une sorte de pièce taillée dans le roc. Dans la nuit la jeune femme a accouché d’un petit garçon. Pas de berceau, alors ils ont avisé la mangeoire, l’homme l’a grossièrement nettoyée et il a posé le nouveau-né dans ses langes sur de la paille propre. Le premier arbre était très touché de servir ainsi d’abri à un nouveau-né. Le lendemain des bergers sont venus, se sont mis à genoux devant la maman et le bébé et ont parlé d’anges qui avaient chanté pour annoncer cette naissance. Quelques jours après c’était des voyageurs qui venaient de très loin, d’Orient, qui ont apporté de magnifiques cadeaux à la petite famille. Qui était donc ces gens-là et surtout qui était ce bébé ? Le premier arbre ne savait pas quoi penser de toute cette histoire…Mais finalement il était plutôt fier d’en faire partie. Après tout le bébé qu’il protégeait était honoré comme s’il était un grand roi ! Des années plus tard, un groupe d’hommes se trouvait en difficulté sur leur bateau de pêche, au beau milieu d’un lac dont les tempêtes pouvaient être très mauvaises. Justement ce jour-là le vent soufflait si fort et l’eau rentrait tellement que malgré leur longue habitude ils étaient morts de peur. Alors ils sont allés réveiller leur ami qui dormait tranquillement sur un paquet de cordages à l’arrière du bateau. « Seigneur, fais quelque chose, où nous allons tous mourir ! » L’homme s’est relevé sans protester, a tendu ses mains vers le ciel et a juste dit : « Paix». Ses douze compagnons, littéralement subjugués, ont alors été témoins de quelque chose d’inouï : la mer s’est IMMEDIATEMENT apaisée et le vent est tombé. Plus aucune trace de cette terrible tempête, à croire qu’ils avaient tous rêvé !… Pourtant ils connaissaient bien cette petite mer intérieure, surtout les quatre qui y pêchaient depuis leur enfance. Ils regardaient tous leur ami qui venait de commander aux éléments, en se demandant bien qui il était, en fait. Le deuxième arbre se disait que ce lac n’était pas un grand océan, mais qu’il venait d’assister à quelque chose hors du commun, une espèce de miracle en quelque sorte … et il était heureux d’en avoir été l’instrument et le témoin. Quelques années plus tard on est enfin venu chercher le chevron du troisième arbre. Il s’ennuyait tellement au fond de l’atelier, qu’à présent ça lui était bien égal de ne pas être le plus bel arbre, pourvu qu’il puisse enfin sortir de là et revoir le soleil. On l’a porté jusqu’en haut d’une colline, comme lors de sa jeunesse et on l’a planté là, sans autre explication. En regardant à droite et à gauche il a vu deux autres chevrons. Il ne comprenait rien à sa situation, il avait l’impression qu’avec ses deux nouveaux compagnons ils attendaient quelque chose, mais quoi ? Puis deux hommes sont montés avec beaucoup de difficultés. Ils étaient encadrés de soldats romains et ils avaient l’air de souffrir terriblement, ils portaient chacun une traverse entre les épaules. Alors tout est allé très vite, les soldats ont juste sauvagement cloué les deux hommes, avec leurs traverses, sur les deux poteaux à sa droite et à sa gauche. Le troisième arbre était encore tout bouleversé et profondément dégoûté de ce spectacle, quand il a vu arriver une troisième homme complétement épuisé et couvert de sang. Avant qu’il n’ait compris ce qui lui arrivait les soldats l’avaient aussi cloué sur lui, les bras en croix, comme les deux autres. Une foule criait des injures à l’encontre de l’homme mourant, comme s’il avait besoin de ça… Le troisième arbre aurait juste voulu ne pas être né un jour, car finir sa vie en instrument de torture, ça non il ne pouvait pas l’accepter, mais que pouvait-il faire ? Peu avant la nuit des hommes sont venus le délivrer de sa victime. Puis plus rien, le grand silence… Mais deux matins plus tard il a de nouveau entendu une rumeur, joyeuse celle-ci : Il est ressuscité, Jésus le Fils de Dieu est ressuscité ! Et soudain il a compris que l’homme torturé qu’on avait sauvagement cloué sur lui, c’était Lui dont on parlait. Alors même s’il ne comprenait toujours rien et s’il se sentait terriblement honteux du rôle qu’on lui avait fait jouer, il s’est tout d’un coup réjoui d’apprendre LA Bonne Nouvelle : l’homme était de nouveau vivant et on disait même qu’il était le Fils de Dieu venu sauver l’humanité de son péché. L’arbre a soudain réalisé qu’il avait été, bien malgré lui, l’instrument de ce grand miracle !

Jésus est ressuscité ! ALLELUIA !!!

D’après un conte traditionnel russe

Elisabeth Dugas

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s