LE PARDON UNE PUISSANCE QUI LIBERE ET GUERIT

Un des obstacles majeur à l’épanouissement du chrétien c’est le ressentiment.

Ressentiment = fait de se souvenir avec rancune des torts qu’on a subis = rancœur.

La bible est très claire à ce sujet, elle nous révèle que pardonner n’est pas un luxe, mais une nécessité. Dieu connaît nos cœurs, nos difficultés dans ce domaine, c’est pourquoi il veut nous aider à expérimenter la puissance libératrice du pardon. Le pardon est réellement la clef de nos relations avec Dieu et les hommes. L’esprit de pardon peut opérer des miracles, briser les cœurs les plus durs, rétablir des foyers désunis et changer les situations les plus désespérées. Si nous commencions à saisir ce glorieux privilège de pardonner, comme Dieu nous a pardonné en Christ. Alors une action tellement puissante du Saint-Esprit se produirait une multitude de vies seraient libérées, des frères et sœurs seraient réconciliés, des corps seraient guéris, des âmes seraient sauvées. L’Eglise retrouverait son premier amour et le Seigneur Jésus serait souverainement glorifié.

 

         

I) La portée du Pardon

 

Nous sommes appelés à pardonner « comme » Dieu nous a pardonné en Jésus-Christ. Ephésiens 4 : 32 Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, faites vous grâce réciproquement, comme Dieu vous a fait grâce en Christ.

 

            1) Pardonner = Libérer

En grec (apheimi) signifie : éloigner de, faire disparaître, libérer. (Matthieu 6 : 12-15) Quand Dieu nous pardonne, il fait disparaître nos péchés comme s’ils n’avaient jamais existé. Psaume 103 : 12 Autant l’Orient est éloigné de l’Occident autant il éloigne de nous nos offenses. Si en pardonnant, nous considérons l’offense comme si elle n’avait jamais existé, nous n’aurions pas « à tenir comptes » des fautes du prochain. Chaque nouvelle offense serait la 1ère, puisque les précédentes auraient disparu. De  cette manière, notre pardon serait aussi illimité que le pardon de Dieu à notre égard.

 

            2) Pardonner = Purifier

En grec « purifier » (katariro) signifie : Purger, rendre propre. Ce 2ème mot nous révèle le sens du pardon. Dans l’Ancien Testament en hébreux ce mot est utilisé pour décrire la purification du corps, des vêtements, des ustensiles et des maisons. La pensée est claire tout doit être purifié pour être propre. Dans le Nouveau Testament le mot grec est employé pour la purification de nos péchés par le sang de Jésus. La 1ère épître de Jean nous enseigne : Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus nous purifie de tous péché. Lorsque nous confessons nos péchés, nous sommes plus qu’excusés, nous sommes débarrassés de notre péché, purifié de sa souillure comme le lépreux dont la peau est purifiée et qui retrouve une peau normale et saine. Quand Dieu pardonne nous sommes entièrement purifiés, Dieu ne peut et ne veut avoir de communion avec un être souillé.

 

            3) Pardonner = Justifier

 En grec « justifier » (diakioum) signifie : Etre considéré comme innocent. Encore un mot qui est directement en rapport avec le pardon. La justification définit la nouvelle position de l’homme par rapport à Dieu. C’est donc un changement de ses relations avec lui. Selon le langage des écritures, cela veut dire être légalement déclaré innocent ou juste (Romains 3 : 26) La justification ne concerne pas directement le caractère ou la conduite d’une personne, mais seulement sa culpabilité et sa condamnation. Quand Dieu pardonne, nous pensons aussi à notre position légale devant lui. Il n’y a plus rien dans la loi qui puisse nous condamner, car Christ à accompli la loi et il est devenu notre justice (2 Corinthiens 5 : 21) Nous avons été justifiés, déclarés innocents par le sacrifice de Jésus-Christ. Désormais nous pouvons nous présenter devant Dieu comme Jésus se présente devant sont Père, sans aucun sentiment de culpabilité, d’infériorité et de crainte (Romains 8 : 1) Gloire à Dieu !

 

            4) Pardonner = Naître de nouveau

En grec pour cette « naissance » (genneo) signifie : Engendrer, régénérer. La nouvelle naissance est une autre expression biblique étroitement liée avec le pardon. Elle est plus spécialement employée dans l’évangile de Jean et dans la 1ère épître de Pierre. En parlant à Nicodème, Jésus dit : « Si un home ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu »  (Jean 3 : 3). Dans la perplexité de Nicodème, Jésus souligne cet  impératif : « Il faut naître de nouveau, naître de l’Esprit » (Jean 3 : 6-7) Pierre répète ces mêmes paroles aux premiers chrétiens, vous avez été régénéré (voici le mot grec) non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole vivante et permanente de Dieu (1 Pierre 1 : 23). Incorruptible = inaltérable, intègre, honnête.

L’image est frappante. Le péché nous a tellement défigurés, déformés, faussés et pervertis, qu’un pardon superficiel aurait été insuffisant. Nous avions  à recommencer à zéro. Nous avions besoin d’être régénérés, d’avoir la conscience libérée de toute culpabilité. Quand Dieu pardonne, il fait de nous une nouvelle créature, les choses anciennes sont passées, toutes choses sont devenues nouvelles (2 Corinthiens 5 : 17) quel merveilleux pardon ! 

 

            5) Pardonner = Réconcilier

En grec « réconcilier » (Katallasso) signifie : Rétablir les relations entre l’homme et Dieu. Initialement, cette expression était utilisée pour échanger de l’argent, et plus tard, pour changer l’hostilité en amitié (Romains 5 : 10) C’est l’homme et non Dieu qui avait besoin d’être réconcilié. Le péché n’a jamais atténué l’amour de Dieu ou changé cet amour en haine. Ce n’était pas Dieu qui avait besoin d’être apaisé, mais l’homme qui avait besoin de passer de l’état de rébellion à un état de repentance afin de recevoir l ‘amour de Dieu (2 Corinthiens 5 : 18-19) Quand Dieu pardonne, son but est avant tout de rétablir la communion rompue par le péché de l’homme.

Il n’a pas envoyé son fils Jésus dans ce monde uniquement pour sauver l’homme de l’enfer et de la condamnation éternelle, mais aussi pour le réconcilier avec lui, c’est-à-dire faire de son ennemi son ami. L’homme retrouve ainsi la relation d ‘amour avec Dieu qu’Adam possédait dans le jardin d’Eden. La vérité primordiale se dégageant de ces différents aspects du mot pardon est que Dieu veut et désire ardemment pardonner, c’est l’expression la plus naturelle de son amour. Nul n’a besoin de quémander le pardon de Dieu, car sa nature même est de pardonner. Mais ce pardon ne peut être accordé à moins qu’il n’y ait une sincère repentance de notre part. Cette repentance n’est pas un simple regret de nos péchés. En grec « se repentir » signifie : changer de façon de penser et de vivre. (Esaïe 55 : 7) Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme d’iniquité ses pensées qu’il retourne à l’Eternel qui aura pitié de lui.

 

L’ordre des choses : l’homme doit abandonner son péché avant que Dieu ne lui pardonne, la REPENTANCE comprend 2 choses :

–       Se détourner de son péché

–       Se tourner vers Dieu.

 

Se détourner seulement de son péché n’est pas qu’une réformation, un effort de l’homme de s’améliorer et non une repentance. Se repentir c’est donc non seulement désirer que son passé soit pardonné, mais aussi vouloir que sa propre vie soit désormais entièrement transformée et consacrée à Dieu. Quand Dieu pardonne, il fait disparaître nos péchés comme s’ils n’avaient jamais existé, nous sommes entièrement purifiés et considérés comme justes à ses yeux. Nous devenons une nouvelle créature, entièrement régénérée, rétablie dans sa communion avec Dieu. Gloire à Dieu pour son pardon libérateur !

 

 

SE PARDONNER A SOI-MEME

 

N’avez vous jamais entendu des gens, écrasés par un sentiment de culpabilité, vous dire : Je  crois sincèrement que Dieu m’a pardonné, mais je ne peux me pardonner moi-même ?  De telles paroles révèlent une profonde souffrance dans la vie de ces personnes. Beaucoup tiennent un langage et se placent eux-mêmes dans un état de condamnation, alors que Dieu leur a pardonné. Nous allons voir dans ce chapitre la racine de ce mal et le remède biblique.

 

Vous êtes libre !

Beaucoup de chrétiens vivent dans la crainte et luttent pour chercher à survivre, alors qu’ils pourraient jouir des bienfaits de la paix. Ils sont encore en guerre contre des sentiments de condamnation, d’indignité  et de crainte, alors qu’ils sont libres. La croix de notre seigneur Jésus est la déclaration de notre libération. La guerre est donc terminée entre Dieu et nous. Il a fait la paix avec nous par le sang de Jésus (Colossiens 1 : 20) Dieu nous demande de croire que nous sommes pardonnés, mais aussi de nous pardonner nous-même. Vous êtes donc libre ; croyez-le  et sortez de votre prison ! Exemple de l’apôtre Paul : Le Seigneur lui a beaucoup pardonné, et lui-même a dû apprendre à se pardonner. Sil n’avait pas appris une fois pour toutes cette leçon, il aurait pu avoir le sentiment, chaque fois qu’il était persécuté, ou rejeté, d’être puni par Dieu pour tout ce qu’il avait fait aux chrétiens avant sa conversion. Et tous ses écrits auraient été imprégnés du sentiment paralysant de la pitié de soi et de la culpabilité. Mais Paul a appris à vivre comme un homme réellement et entièrement pardonné. Il est écrit dans (1 Corinthiens 15 : 9-10) : Car je suis le moindre des apôtres, je ne suis pas digne d’être appelé apôtre, parce que j’ai persécuté l’Eglise de Dieu, je suis ce que je ce que je suis, et sa grâce envers moi n’a pas été vaine. (1 Timothée 1 : 16 ) J’ai obtenu miséricorde, afin que Jésus-Christ fasse voir en moi le premier toute sa longanimité, pour que je serve d’exemple à ceux qui croiraient en lui pour la vie éternelle.

Paul nous exhorte donc à suivre son exemple et à nous réjouir de notre plein pardon : Il n’y a maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. (Romains 8 : 1).

La culpabilité est une force destructrice qui nous paralyse. Satan ne peut pas nous empêcher de nous pardonner nous même. Son but est de nous empêcher de jouir pleinement de notre salut et de pouvoir être utilisés par Dieu.

Votre péché n’existe plus ! 

Si nous saisissons le pardon de Dieu alors nous sommes à même de nous pardonner nous même. (Colossiens 2 : 14) l’Apôtre Paul nous dit : Il a effacé l’acte  dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistaient contre nous.

En grec effacer (clexaleipheim) signifie : essuyer, nettoyer, voilà l’étonnante miséricorde de Dieu. L’encre de Paul était utilisée avec un mélange de suie et de gomme diluée dans de l’eau. Il n’y avait pas d’acide comme maintenant et elle restait à la surface du papier sans l’attaquer. Elle pouvait durer longtemps, tout en conservant sa couleur. Parfois un scribe pour économiser, utilisait un même parchemin plusieurs fois. En prenant une éponge, il pouvait tout effacer, et le réutiliser comme s’il n’y avait jamais rien eu d’écrit dessus. Voilà l’image que Paul utilise. Nos péchés n’ont pas seulement été annulés, mais ils ont été effacés, ne laissant plus aucune trace de notre passé.

 

 

Un nouveau départ chaque jour    

Si nous croyons la parole de Dieu qui affirme que Dieu pardonne, alors nous pouvons oublier et nous pardonner à nous même. Il a été  demandé à un champion olympique quel était le secret de son succès, il répondit : Le seul moyen de gagner une course c’est d’oublier vos précédentes victoires qui vous rendaient orgueilleux et vos précédentes défaites qui vous remplissaient de crainte. Chaque course est un nouveau départ. L’apôtre Paul a dit (Philippiens 3 : 13-14) Je fais une chose : oubliant ce qui est en arrière et ne portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but pour remporter le prix de la vocation céleste de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ.

Oublier ce qui est en arrière englobe nos erreurs, nos fautes et torts, le mal que nous aurions pu faire aux autres. Ce n’est pas la volonté de Dieu que quelqu’un vive constamment sous le poids écrasant de la culpabilité

 Lorsque nous nous agenouillons sincèrement devant Dieu dans la repentance, il nous pardonne. Si la culpabilité demeure, c’est que nous ne nous sommes pas pardonné nous même. Jésus veut nous donner un nouveau départ chaque jour. Il renouvelle chaque matin ses bontés et sa bienveillance. Croyons-le et louons-le de tout notre cœur.

 

 

LE PARDON LIBERE DE LA CULPABILITE

 

 

La culpabilité et la désobéissance de l’homme

Personne ne nous connaît mieux que notre créateur. Il sait que nous l’avons abandonné et que notre désobéissance nous sépare de lui. Il soupir après le rétablissement de notre relation rompue. Il sait aussi qu’il ne peut compter sur notre mérite, c’est pourquoi il a décidé d’agir en laissant son propre fils sa sacrifier à la croix pour nous. Pour payer nos dettes et nous donner accès à son pardon. Pardonner veut dire renoncer à nos droits moraux envers quelqu’un qui nous a offensés. Or devant Dieu, nous sommes ses offenseurs, et à cause de ce que Jésus a fait pour nous à la croix, il n’a plus rien contre nous. Gloire à Dieu !

 

La culpabilité et l’orgueil de l’Homme

Pour l’être humain, il est difficile d’admettre qu’il n’y a rien de bon en lui et qu’il est incapable de faire le bien (Romains 3 : 10-12) : selon qu’il est écrit : il n’y a point de justes pas même un seul ; nul n’est intelligent, nul ne cherche Dieu ; tous sont égarés, tous sont pervertis ; il n’y a en a aucun qui fasse le bien, pas même  un seul.

Notre orgueil nous en empêche. Nous cherchons à tout faire nous-mêmes, et alors nous nous égarons dans nos problèmes jusqu’à ce que la situation devienne inextricable. Et même, arrivés là, nous résistons encore à la solution que Dieu nous offre et disons : «  Je suis honteux de venir à Dieu comme un mendiant, attendons encore un peu, jusqu’à ce que je sorte de ce pétrin. »

 

La culpabilité et le manque  de sincérité

Sommes-nous assez sincères pour être libérés de la culpabilité ? Une confession superficielle ne suffit pas.

Ce qui manque à une telle confession, c’est l’abandon complet de notre volonté pour faire celle de Dieu.

 

La culpabilité et la résistance de l’Homme

 

Qu’aurions nous pensé du fils  prodigue s’il  avait seulement regretté ses fautes sans jamais revenir vers son père pour lui  demander pardon ? Souvent les gens regrettent amèrement leurs fautes et se lamentent sans cesse de leur culpabilité, mais ils rejettent le pardon de Dieu. Prenons l’exemple de Judas, il regretta sa trahison, en essayant de rendre les 30 pièces d’argent. Mais cette restitution ne l’a pas libéré, et sa culpabilité le conduisit au suicide. Il n’a jamais entendu les paroles de Jésus sur la croix : (Luc 22 : 34) « Père, pardonne leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font »

Les psychiatres affirment qu’une culpabilité non résolue produit des sentiments d’autodestructions, que ce soit par le suicide ou par l’alcoolisme, ou la drogue. Nous pensons que nous ne méritons  plus le pardon de Dieu, que nos péchés sont trop affreux pour qu’il nous accepte encore. Nous pensons que Dieu ne veut pas nous pardonner, alors qu’en vérité c’est nous qui refusons son pardon.

 

La  culpabilité et le doute

Selon la promesse du  Seigneur, nous pouvons et nous devons croire avec assurance qu’au moment où nous confessons et abandonnons un péché, Dieu nous pardonne INSTANTANEMENT. (1 Jean 1 : 9) «  Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner et pour nous purifier de toute iniquité »

 

La culpabilité et l’homme religieux

Le comportement de l’homme religieux est plus subtil. Il admet ses fautes et accepte même le pardon de Dieu, mais compte tout de même sur ses propres œuvres pour payer la dette de ses péchés. Par nos propres efforts, nous nous glorifions nous-même et déshonorons l’œuvre parfaite de Jésus à la croix. Il n’y a pas plus lourd fardeau que de porter la peine de ses péchés. (Matthieu 11 : 28) Jésus Dit : Venez avec moi vous tous qui êtes fatigués et chargés et je vous donnerai du repos. Seul un cœur pardonné peut comprendre l’amour de Dieu (Psaume 32 : 1)  

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s